(Une « Stratégie Allemagne » serait profitable des deux côtés de la frontière. © 123RF)
Apprentissage de l’allemand, accompagnement des travailleurs frontaliers…. Le Conseil Départemental de la Moselle et ses partenaires multiplient les projets visant à optimiser les relations avec le voisin allemand, notamment avec la Sarre engagée dans sa « Frankreich-Strategie ».

En 2013, Annegret Kramp-Karrenbauer, ministre président du Land de Sarre a dévoilé sa « Frankreich-Strategie » dont l’ambition première est de « faire de la Sarre, en l’espace d’une génération, un espace plurilingue performant d’empreinte franco-allemande ». Dès l’annonce de cette ambition, Patrick Weiten, président du Conseil Départemental de la Moselle initie une « Stratégie Allemagne » afin de conforter les relations avec la Sarre car ce rapprochement « franco-allemand » s’avère profitable aux Mosellans, notamment en matière d’emploi. Le CD 57 impulse, dès lors, des initiatives autour de 3 axes forts, au travers d’une approche qui se veut concrète, pragmatique et partenariale.

Mobilité

La priorité en la matière a été (la compétence « transport » est aujourd’hui assumée par la Région) de faciliter les déplacements transfrontaliers en transports en commun, des Mosellans et des voisins allemands. Parmi les initiatives départementales à retenir, il y a la mise en place de la billettique Moselle-Sarre sur la ligne de bus Saint-Avold-Sarrebruck (100 000 utilisateurs par an) qui permet de circuler, de part et d’autre de la frontière, avec un seul et unique titre de transport. Des projets visant à étendre cette solution à d’autres communes et à d’autres modes de transports en commun, sont à l’étude.

Qualité de vie

Le deuxième axe recoupe toute une série d’initiatives destinées à optimiser la qualité de vie transfrontalière et à renforcer l’attractivité du territoire. Cela se traduit par la mise en place de partenariats liés à la sécurité ou à la culture. S’y ajoutent des projets innovants en matière de développement durable. Par exemple, en partenariat avec le CD 54, la Moselle développe les circuits courts dans le cadre du projet « AROMA » qui a pour objet d’organiser, à l’échelle transfrontalière, l’approvisionnement des restaurations hors domicile ( notamment les collèges ) en produits alimentaires locaux.

Emploi et formation

Pour favoriser l’employabilité transfrontalière des Mosellans, le Département a créé la MOSA. Partant du principe que le multilinguisme et l’interculturalité sont des clés pour l’avenir des jeunes de la Grande Région, il a lancé le programme transfrontalier SESAM’GR en 2016 (voir encadré). Dans ce registre, une convention est également signée avec l’Education Nationale et les EPCI (Etablissement public de coopération intercommunale) pour le développement précoce de l’allemand sur le territoire du Val de Rosselle. Le projet était ambitieux puisqu’il s’agissait de permettre à au moins 10 % des jeunes du territoire, soit 2 200 élèves de la maternelle au collège (25 établissements), de maîtriser, dès 2018, un allemand de communication. Les résultats sont là. À ce jour, sur ce territoire, plus de 13 % des élèves pratiquent l’allemand en dispositif approfondi contre 6 % en 2013.

À lire également :

Apprentissage de l’allemand

L’allemand au collège

Mosa