(© 123RF)

Les jours du jardin botanique situé sur le site de l’université de la Sarre et accessible à tous sont comptés. Depuis la disparition de la botanique comme matière universitaire à Sarrebruck, le maintien du jardin botanique est sujet à controverse. L’institution avait déjà été menacée plusieurs fois de fermeture au cours des dernières années. Le personnel n’étant plus remplacé, Wolfgang Stein, son directeur, pensait mettre la clef sous la porte fin 2016. Pourtant, il semble que, faute de financement permettant d’en garantir l’entretien sept jours sur sept, le jardin devrait fermer ses portes au printemps. Ce parc s’étend sur 2,5 hectares en extérieur et possède une serre de 1 200 mètres carrés. Son entretien a un coût annuel d’environ un demi-million d’euro. Cependant, dans le cadre du plan d’austérité mis en place par le gouvernement régional sarrois, les subventions du Land allant aux universités ont été largement amputées. La fermeture du jardin botanique qui compte plus de 2 000 plantes, y compris des espèces exotiques rares, est donc l’une des conséquences de cette coupe budgétaire. De nombreuses voix se sont élevées pour protester contre la disparition de l’un des seuls parcs que compte la capitale sarroise. Aux côtés d’associations de protection de l’environnement, des figures politiques de l’opposition se sont également engagées pour son maintien. Cependant, le nombre de visiteurs qui reste très faible n’a pas réussi à infléchir la pression financière. Si la fermeture après 64 ans d’activité est définitive au 1er avril, la Sarre sera le seul Land allemand sans jardin botanique.