Maquette costume Princesse de Clèves © Julie Lance

DOSSIER SPÉCIAL SAISON CULTURELLE 2021/2022

La saison culturelle qui a débuté à la fin de cet été a une saveur douce-amère. Si la plupart des théâtres, musées et salles de concert ont rouvert leurs portes, leurs équipes et les artistes doivent souvent composer avec des jauges réduites et un public parfois hésitant. Pourtant cette saison 2021-2022 reste marquée par l’enthousiasme, et s’avère particulièrement riche en événements ;  du fait de calendriers chargés par les reports de la saison précédente notamment. Dans les pages qui suivent, nous avons sélectionné plusieurs temps forts de l’actualité culturelle en Lorraine : théâtre, musiques d’aujourd’hui, expositions aux quatre coins de la région. Si l’accueil redémarre tout juste, la créativité et la diversité n’ont elles jamais été mises entre parenthèses. Les artistes de tous horizons et de toutes sensibilités que nous avons choisi de vous présenter ici en sont les preuves bien vivantes.


Le chorégraphe Julien Guérin adapte avec le Ballet de l’Opéra-Théâtre de Metz-Métropole le premier roman psychologique de la littérature française : La Princesse de Clèves, écrit par Madame De la Fayette et publié en 1678. Au cœur de cette nouvelle création, une héroïne tragique renonçant à l’amour d’une vie par fidélité et par respect des conventions de son époque. C’est toute « la force émotionnelle de cet amour contraint » que souhaite faire ressortir le chorégraphe. L’engouement amoureux et ses dérivés inattendus, jusqu’aux meurtrissures liées au sacrifice d’une passion, sont autant d’émotions changeantes que le ballet s’attachera à dépeindre. Ceci en offrant une vision contemporaine d’un roman qui ne constituait explicitement une charge contre la morale de son époque, mais dont Julien Guérin salue la modernité et le progressisme, choisissant ici de « dénoncer l’asservissement des femmes à un ordre établi phallocratique ».

En termes de vocabulaire chorégraphique, La Princesse de Clèves s’appuie sur une technique dite académique pour évoquer le style de l’époque, mais « avec une gestuelle plus contemporaine pour servir le côté émotionnel et narratif dans les différentes intentions des personnages ». La musique d’Antonio Vivaldi viendra rythmer le spectacle, tandis que les décors signés Antoine Fontaine évoqueront la résidence royale du Louvre et la maison de campagne de la princesse. Quant aux costumes de Julie Lance, ils constituent un mélange entre l’époque Renaissance, baroque et actuelle, avec une « certaine fantaisie stylistique » réservée aux danseurs. À l’image de ces anachronismes volontaires, le personnage de Madame de la Fayette sera incarné par une artiste tantôt danseuse, tantôt « speakerine baroque » commentant ou énonçant certains passages de l’œuvre. Relecture actuelle du roman mais préservant son historicité, La Princesse de Clèves revisite une grande histoire d’amour inassouvi, révélant toute son intensité et son intemporalité.

Du 4 au 6 mars 2022 à l’Opéra-Théâtre de l’EuroMétropole de Metz

www.opera.eurometropolemetz.eu