Polly McClusky a 11 ans le jour où son père Nate, fraîchement sorti de prison, vient la récupérer à la sortie du collège. Jusque-là, tout va plutôt bien. Si ce n’est que la petite fille ne sait pas encore que sa mère a été assassinée, ni que sa tête et celle de son paternel ont été mises à prix. Autant dire que la vie ne tient plus qu’à un fil. Commence alors une cavale violente et sanglante à travers la Californie. Et la naissance d’une complicité, affective et criminelle. Ce roman à la fois sombre, nerveux et plein d’humanité sur la famille, le sacrifice et la rédemption est le premier écrit par Jordan Harper. Mais cet auteur américain qui a travaillé dans la pub, a été critique de rock et scénariste de séries télé – il a notamment écrit 14 épisodes du Mentalist – a pourtant signé un premier livre très remarqué : L’Amour et autres blessures (Actes Sud, 2017). Ce livre de quinze nouvelles noires à la beauté crue, vibrantes d’une énergie cinématographique, pathétiques et drôles, avait séduit les amateurs. L’une d’elles racontait d’ailleurs la cavale d’un homme qui fuyait des tueurs dans une Californie en feu. Et, déjà, Jordan Harper traquait chez ces personnages, la moindre parcelle d’humanité.

Aux éd. Actes Sud