Avec son Livret Solidaire Associations initié en 2008, la Banque Populaire Lorraine Champagne vient de récompenser 11 structures dont l‘Association de réinsertion par les chantiers, l’activité, le développement économique et social (ARCADES) de Maxéville.
Mixité

© 123 RF

Via ce produit bancaire d’un nouveau genre, les associations participent au développement d’autres structures associatives en versant 25% de leurs intérêts à un fonds de solidarité. Les traditionnels soutiens aux associations sans but lucratif se réalisent d’ordinaire par des prélèvements sur les flux de particuliers, or la BPLC a lancé là un nouveau concept de solidarité directe où les associations en financent directement d’autres. À ce jour, près de 12 000 associations sont titulaires de comptes à la BPLC et 80% épargnent.

ARCADES accompagne les personnes en difficulté dans leur recherche d’emploi, et met aussi en place des chantiers d’insertion.

Chaque année, pour effectuer la sélection des associations qui peuvent prétendre au prix (et qui pour ce faire n’ont pas besoin d’être clientes de la BPLC), la banque se met en relation avec les directeurs des secteurs de l’ESS. Pour plus de transparence et afin d’éviter tout conflit d’intérêt, la BPLC prévoit que l’attribution des donations se réalise annuellement dans le cadre d’un « concours humaniste » à l’occasion duquel intervient un jury indépendant qui émane tantôt d’une fondation, tantôt d’une chambre régionale d’économie sociale. Du haut de ses six ans d’existence, le concours a récompensé cette année 11 structures, dont l’association maxévilloise ARCADES.

Cette dernière œuvre dans l’agglomération nancéienne depuis près de 30 ans. Elle se distingue dans la conduite de chantiers et d’accompagnements techniques et socio-professionnels voués à faciliter l’insertion par l’activité économique des personnes éloignées de l’emploi. La structure propose ainsi une orientation et un accompagnement aux personnes en difficultés dans leur recherche d’emploi. Les femmes sont plus particulièrement ciblées par ce type de dispositif.


3 QUESTIONS À… DJAMILA BRAHIM directrice d’ARCADES

 

Djamila-Brahim

© DR

En quoi ARCADES a-t-elle fait la différence pour être primée ?

Je pense surtout que c’est parce qu’en plus des chantiers d’insertion dans le second œuvre du bâtiment, on a des chantiers spécifiquement dédiés aux femmes qui se situent plus dans le secteur sanitaire et social. Nous offrons là des métiers d’avenir à des femmes, or peu de chantiers sont destinés à la gente féminine dans la réinsertion par l’activité. Cette mixité a constitué selon moi un argument de poids pour la BPLC.

En 26 ans d’existence, combien de personnes ont-elles été réinsérées dans l’emploi par votre association ?

Beaucoup ! Je ne saurais dire précisément combien mais pour les dernières années, grosso modo, on est entre 70 et 90% de réinsertion par la formation sachant que si l’emploi n’est pas immédiat, en tous cas, il est plus possible qu’auparavant ; 25% environ des 50 à 55 personnes dont on s’occupe chaque année trouvent un emploi directement après le chantier.

Concrètement, que va vous permettre l’obtention d’un tel prix ?

C’est avant tout un véritable soutien et une reconnaissance de notre action dans le milieu de l’économie sociale et solidaire, et cela nous a fait très plaisir. L’accompagnement de la Banque Populaire Lorraine Champagne est très important pour nous, entre conseils avisés et accompagnement au long cours de nos projets. Enfin, le coup de projecteur que cela met sur nos actions nous aide dans leur promotion !