El Yed ©DR / Bruno Jaske

Guitariste, bassiste et chanteur, Mourad dit El Yed entretient toujours sur son troisième album Le temps passe sa passion pour les mélanges, les échanges, nourri de blues, de funk, de chaâbi… en toute liberté.

Sept ans ont passé depuis le dernier album de Mourad, L’aventure continue…, sept années également depuis notre première rencontre, qui aura donné lieu à un portrait dans les pages de ce magazine. Le temps qui passe, c’est également le nom du dernier opus du musicien lorrain. Il a grandi dans le Bab El Oued en pleine effervescence des années 70, où il absorbe une bonne partie de la musique qui fait ce qu’est aujourd’hui El Yed, son nom de scène. Blues, rock, funk, reggae, musique traditionnelle… sans jamais revendiquer d’étiquette, Mourad a toujours joué au gré de ses envies. « Quand j’ai commencé sur scène avec un projet solo, c’était au Gueulard à Nilvange à la fin des années 90, raconte l’intéressé. Je ne voulais surtout pas être mis dans une case, j’ai joué l’effet de surprise en interprétant Sweet home Chicago de Robert Johnson en arabe, devenu Sweet home Bab El Oued… le retour positif du public, un aspect très important pour moi, m’a vraiment motivé. »

El Yed, c’est « la main » : une main tendue, une main qui court sur le manche de la guitare comme au fil des huit titres de Le temps passe, souvent teintés de nostalgie. Aux côtés de Clair Collette du studio Greenshark, véritable second membre du groupe qui a aussi assuré la partie claviers, Mourad présente ses compositions (à part une reprise de Gérard Manset Il voyage en solitaire), où semble parler le feeling avant tout, avec un jeu presque aérien où prédomine les rythmes limpides. Rappelant ses débuts dans les rues d’Alger, il clame sur Tableau d’images : « Je suis libre et je chante au milieu des passants »… Un état d’esprit qui vit dans sa musique et nous touche, en paroles et en notes, directement au cœur. « J’ai toujours fait de la musique sans rien planifier, en toute liberté. Je pense que c’est une force, et aussi une invitation à partager des émotions ».

Facebook : El Yed Mourad