(©DR)

La Lorraine étant frontalière avec trois pays, les routes sont sous haute surveillance depuis les attentats de Paris. Les contrôles sont tout particulièrement importants sur l’A31 empruntée quotidiennement par près de 80 000 travailleurs frontaliers travaillant au Luxembourg. Conséquence de ces contrôles opérés dans les deux sens de circulation, non pas à la frontière même mais une dizaine de kilomètres avant cette dernière, tout est bloqué aux heures de pointe. Pour se rendre à Luxembourg-ville depuis Metz, le trajet peut régulièrement prendre deux heures. Certains automobilistes empruntent les chemins de traverses pour tenter de gagner du temps mais si les contrôles y sont plus aléatoires, il y en a également régulièrement. Alors, certains navetteurs-automobilistes ont choisi de laisser leur véhicule au garage pour prendre le TER. Des rames ont d’ailleurs été ajoutées afin de faire face à l’augmentation de la demande. Début décembre, les contrôles pourraient encore se renforcer, sur les routes comme dans les trains, avec la tenue de la COP 21. Cela dit, si la situation est déjà difficile à supporter, elle pourrait devenir carrément épouvantable si jamais il se mettait à neiger. En hiver, ça arrive.