© DR

Jean Rottner, le président de la Région Grand Est a confirmé, lors de la commission permanente du conseil régional réunie à Strasbourg, fin mars, l’organisation d’un Grenelle des mobilités en Lorraine. L’occasion de passer en revue toute une liste de sujets : l’ouverture à la concurrence, la fermeture de petites lignes, le transfrontalier, l’A31, la ruralité, le TGV et Vandières. Qu’est-ce qui vaut à la Lorraine ce rendez-vous ? Le fait que ce territoire soit un nœud central. « Si on n’arrive pas à le dénouer, les répercussions toucheront aussi la Champagne-Ardenne et l’Alsace », a annoncé Jean Rottner qui veut « lancer une réflexion à partir du Sillon lorrain ». Il y aurait une autre raison à lire la presse régionale : la nécessité de confirmer, face à des accusations de passivité face aux décisions de la SNCF (notamment en ce qui concerne la fermeture de la gare de Pagny-sur-Moselle), que la Région ne se laisse « trimballer »…