© DR

Il y a encore quelques années, Michel Botzung travaillait à la direction financière de la SNCF. Pour celui qui raconte, un sourire dans la voix, son enfance dans la ferme familiale, cette expérience professionnelle « c’était l’horreur ». Il décide alors de rejoindre son frère Gilles qui a converti au bio l’exploitation familiale, la Ferme du Beau printemps à Petit-Réderching. Autour des 250 limousines qui peuplent la majorité des 150 hectares de terres, Michel s’investit progressivement dans l’aventure du Tiroir à terroirs. « C’est difficile, mais je ne vois pas vraiment cela comme un métier : c’est un projet de vie, explique le jeune homme de 27 ans. C’est sûr, il y a des tâches, des horaires, mais surtout une envie. »

En plus de la vente directe de viande, les frères mettent en place un système de livraison encore en développement mais déjà très apprécié. « Le système de l’agriculture productiviste orienté par l’État n’a pas été  au bénéfice des petits producteurs et des consommateurs. La société commence à s’en rendre compte et cherche de nouveaux repères : il faut ralentir les cadences. » Grâce au site web et à un réseau d’amateurs soucieux de connaître la provenance et la qualité de la viande qu’ils consomment, le Tiroir à terroirs se développe. Une étape dans la création d’un nouveau modèle que les Botzung appellent de leurs vœux.

www.letiroiraterroirs.com