Vote-régionales-(©-123RF)

(© 123 RF)

Pas simple pour les politiques de mobiliser les électeurs pour les élections régionales. Les raisons de ce désintérêt sont multiples. Mais il ne faudrait pas oublier que la Région a du pouvoir. Il importe de choisir à qui en remettre les clés.

On vote les 6 et 13 décembre. Il n’est pas inutile de le rappeler car, force est d’avouer que ces élections ne tombent pas au meilleur moment. C’est vrai. Il commence à faire froid, il faut se farcir les emplettes de Noël avant de s’occuper de la dinde, penser à régler ses impôts… Et puis, il y a l’ambiance aussi. Les attentats de Paris qui sont encore dans toutes les têtes et ont meurtri les âmes et les coeurs, cette foutue planète qui va mal et pour laquelle le « monde » tente de s’entendre. Enfin, il y a ces fameuses régions que personne n’a réclamées sur les marchés de Noël. Elles existent. Point. Pas simple dans un tel contexte de mobiliser les électeurs. Et pourtant, c’est tout l’enjeu pour les candidats. Mobiliser. D’autant moins aisé aujourd’hui que la sécurité capte désormais tous les questionnements et toutes les attentions. Or la Région n’a pas le moindre pouvoir en la matière. Il convient ici de passer les programmes des candidats au tamis afin de faire le tri entre les responsables politiques et les pères Noël.Pas d’autres solutions pour les candidats que de multiplier les réunions publiques et de s’activer sur la toile pour s’expliquer et décliner leurs propositions. Mais tous les citoyens responsables ont également leur rôle à jouer en rappelant à qui veut bien l’entendre, les missions confiées à la Région. Elles ne sont pas anodines, notamment en matière d’emplois et de création de richesses, depuis que la Région a pris du galon en la matière. Le haut débit, les filières d’avenir dans le numérique ou l’environnement, la formation, la mobilité, l’équilibre en les territoires, c’est bien ici, à l’échelon de la nouvelle grande région, que les décisions seront prises. Il importe que cela soit dit et répété pour que chacun prenne pleinement conscience de ce qui se joue véritablement et soit en mesure, aussi, de passer les programmes des candidats au tamis afin de faire le tri entre les responsables politiques et les pères Noël voire… les pères Fouettard.