Centrale de Cattenom© DR

Dans le cadre de projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), le gouvernement français entend reporter sa stratégie de réduction de la part du nucléaire et repousser les échéances des fermetures des centrales nucléaires. « Le choix français dans le domaine de la promotion de l’énergie nucléaire impactera la sécurité et la santé des citoyens et citoyennes du Grand-Duché de Luxembourg », souligne le gouvernement luxembourgeois « cette nouvelle démarche équivaut à un retard sensible sur l’échéance de mise hors réseau prévue par l’approche initiale, ancrée dans la loi concernant la transition énergétique, et conduit de fait à une prolongation massive de la durée de vie des centrales nucléaires, les réacteurs atteignant par conséquent un fonctionnement d’au moins 49,3 ans en moyenne ». La ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable, Carole Dieschbourg, et le ministre de l’Énergie, Claude Turmes, ont donc décidé d’initier une étude d’évaluation des incidences sur l’environnement française notamment quant à ses aspects transfrontaliers. L’avis abordera notamment l’influence des rejets de la centrale nucléaire de Cattenom sur la qualité et la température de la Moselle ainsi la question de la sécurité de la centrale nucléaire mosellane.