(© AFP / DR)

DOSSIER : LUTTE CONTRE LE TERRORISME

Si le gouvernement français multiplie les démarches pour mieux lutter contre le terrorisme, des mesures sont également prises au Luxembourg et en Belgique.

Le premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a dévoilé toute une batterie de nouvelles mesures afin de renforcer le cadre législatif (voir article LE LUXEMBOURG RENFORCE SA SÉCURITÉ). Du côté de la Belgique, directement concernée par les attentats de Paris et elle-même menacée d’attentats terroristes, 18 mesures ont été avancées par le Gouvernement fédéral : renforcements des contrôles policiers, déploiement de 520 militaires, bracelet électronique pour les personnes fichées par les services d’analyse de la menace, contrôle systématique de l’enregistrement de tous les passagers dans les transports (avions et trains à grande vitesse) et cela sans attendre le projet européen lié au PNR, exclusion des prédicateurs de haine… À noter aussi, sur la scène internationale, la Belgique entend s’engager dans la lutte contre Daesch. Des frappes aériennes en rotation avec les Pays-Bas sont évoquées et la Frégate Léopold Ier assurera une mission d’escorte du porte-avions français « Charles de Gaulle » (qui va commencer à avoir du mal à naviguer tant les protections sont nombreuses). Le gouvernement Wallon, même si ses compétences en matière de sécurité sont limitées, a également pris des initiatives dans le domaine de la prévention (sensibilisation des agents) et du contrôle des lieux de culte. Pour agir sur le long terme, Paul Magnette, ministre Président de la Wallonie, plaide pour des politiques plus actives en matière d’accompagnement des populations vivant dans certains quartiers en difficultés. Verviers (où une cellule terroriste a été démantelée en janvier dernier et des perquisitions effectuées tout récemment) disposera de nouveaux moyens financiers, dès 2016, pour développer des actions de prévention et d’accompagnement, notamment en direction des jeunes, bien entendu.