L’équipe d’Europe se mobilise pour soutenir les économies africaines. Il est notamment prévu d’aider les petites entreprises fragilisées par la pandémie à redémarrer et à se développer. 

« L‘Afrique est notre voisine et une partenaire proche. Nous voulons surmonter ensemble cette pandémie. L’Europe peut bénéficier grandement de l’économie très jeune et dynamique de l’Afrique. Les initiatives de notre Équipe d’Europe (Team Europe constituée de l’UE, de ses États membres et des institutions européennes de financement du développement) visent donc à stimuler l’esprit d’entreprise chez les jeunes et à soutenir les petites entreprises, qui constituent l’épine dorsale de l’économie africaine. Et l’Europe investira dans des systèmes de santé africains plus résilients et dans la production locale de vaccins », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à propos de l’aide à la relance en Afrique décidé par l’UE. Afin de relever les défis à court terme que pose la COVID-19, il est question d’accélérer l’accès équitable aux vaccins et de favoriser une relance rapide, tout en s’attaquant à des questions essentielles telles que la conception et le financement d’infrastructures de grande qualité, l’expansion des micro, petites et moyennes entreprises et l’amélioration de l’environnement des entreprises en Afrique. « Pour atteindre cet objectif, l’UE et ses États membres mobiliseront d’importants financements concessionnels au cours des prochaines années et s’efforceront de continuer à resserrer les liens politiques et économiques avec l’Afrique », précise la Commission. Les montants investis, qui s’accompagnent de « compétences techniques » ne sont pas précisés mais ce sont plusieurs milliards d’euros qui seront ainsi « injectés » en sachant qu’au cours des sept prochaines années, dans le cadre du nouvel instrument de financement de l’UE, l’« Europe dans le monde », 29 milliards d’euros sont déjà prévus pour l’Afrique subsaharienne et 12,5 milliards d’euros pour le « voisinage méridional », dont une part importante ira à l’Afrique du Nord. L’Europe est de loin le premier investisseur en Afrique, avec un stock d’investissements directs étrangers d’une valeur de 239 milliards d’euros en 2018.