Malgré deux échecs en Rhénanie-Palatinat, Julia Klöckner a su se placer aux avant-postes dans son parti, la CDU. Elle vient d’intégrer le nouveau gouvernement fédéral où elle prend les rênes du Ministère de l’Agriculture.

Au Ministère de l’Agriculture à Berlin, Julia Klöckner n’est pas une inconnue. Il y a presque dix ans de cela, elle y entrait en tant que secrétaire d’État parlementaire. Aujourd’hui, c’est elle la ministre qui succède au conservateur bavarois Christian Schmidt. Et pourtant, le chemin jusqu’ici était semé d’embûches. Mais dans le milieu politique, Julia Klöckner a une réputation de battante. Après deux ans au poste de secrétaire d’Etat, elle quitte Berlin en 2011 pour retourner dans sa Rhénanie-Palatinat natale. Sa mission comme tête de liste des conservateurs aux élections régionales : ravir la région aux socio-démocrates. Face à Kurt Beck (SPD), le Ministre-Président sortant, elle échoue d’une courte tête mais cimente sa place au sein de la CDU et devient cheffe de file de l’opposition au Landtag de Mayence. Sa candidature au scrutin suivant en 2016 contre la socio-démocrate Malu Dreyer connaîtra le même sort. Pourtant, malgré ces défaites politiques, l’ancienne prof de religion et journaliste qui avait dans sa jeunesse également été élue reine du vin, s’accroche et fait en premier lieu carrière au sein de la CDU. Elue vice-présidente du parti avec plus de 92 % des suffrages lors du congrès de 2012, elle se bat pour faire avancer les thèmes qui lui tiennent à cœur, en particulier l’égalité homme-femmes et la politique familiale. On lui attribue de bons rapports avec la chancelière Angela Merkel, même si elle n’hésite pas à se démarquer  des positions de cette dernière quand elle ne les partage pas. Malgré sa prise de poste à Berlin, ses opposants à Mayence auraient tort de penser s’en être débarrassée. Les prochaines élections en Rhénanie-Palatinat ont lieu en 2021. D’ici là, tous les scénarios sont possibles, y compris une nouvelle candidature de Julia Klöckner. Alors, jamais deux sans trois ? Rendez-vous dans trois ans pour savoir si elle fera mentir l’adage.