Né sous le nom de Kurt-Erich Suckert le 9 juin 1898 à Prato en Toscane, mort le 19 juillet 1957 à Rome, Curzio Malaparte est un écrivain, cinéaste, journaliste, correspondant de guerre et diplomate italien. Il est surtout connu en Europe pour deux ouvrages majeurs traitant de la guerre : Kaputt et La Peau. En 1947, Curzio Malaparte revient à Paris après quatorze ans d’absence. Pendant une année, il pose son regard « d’étranger » sur les différentes facettes d’une ville qu’il redécouvre avec bonheur. Dans ce journal hybride, se côtoient dialogues vivants et analyses profondes, le léger comme le grave, l’inconnu comme le célèbre. Entre la plaine Monceau et Saint-Germain-des-Prés, passent et repassent Malraux, Camus ou encore Maurice Schumann. Curzio Malaparte en rhabille d’ailleurs quelques-uns pour l’hiver, au passage. L’auteur qui a pour particularité d’aimer aboyer (et donc aboie avec les chiens) mord de temps en temps.

Aux éd. La Petite Vermillon