© DR

Le tremplin Rézzo focal du festival Jazz à Vienne est un périscope salutaire dressé au milieu d’un océan de jazz envahi de courants et de propositions. Lorsqu’il récompense une jeune formation, on tend donc l’oreille : en 2018, c’est le duo composé du pianiste français David Tixier et de la batteuse croate Lada Obradovic qui décroche la timbale. Mêlant leurs accords, leurs voix et des sonorités électroniques et acoustiques en autant de loops comme une valse gracieuse et inspirée, les deux musiciens ouvrent le champ des possibles. Sophistiqué, polyrythmique, devant autant au conte qu’au jazz ou aux musiques traditionnelles, le duo sait toujours tenir la bride de son attelage : leur son, tantôt tellurique et puissant, tantôt aérien, toujours voltigeur, n’a rien de l’expérience hyper-contemporaine. On salue une inventivité tout en complicité et en harmonie, qui fait honneur à la nature ouverte et sensible du jazz.

Samedi 8 juin en première partie de soirée