(© Florent Doncourt)
Onze agriculteurs et producteurs mosellans se sont fédérés au sein de l’association Pré de chez vous. Leur ambition : créer un espace de vente collectif du côté de Sarrebourg. Ouverture prévue au printemps prochain avec le soutien du Département de la Moselle. 

« Il est certain que c’est un canal de distribution d’avenir. Non seulement, c’est un moyen pour nous d’être rémunérés au juste prix en supprimant les intermédiaires mais cela répond également à une attente forte de la part des consommateurs qui veulent savoir ce qu’ils consomment et privilégient, en la matière, les produits du terroir », souligne Emilie Collignon de l’EARL du Ritterwald et présidente de l’association « Le Pré de chez Vous » qui planche sur l’ouverture d’un point de vente collectif. Un espace de vente où les 11 agriculteurs et producteurs du Pays de Sarrebourg et du Saulnois, membres de « Le Pré de chez Vous » entendent commercialiser leur production mais également celles d’une partie de leurs collègues. « Nous en avons parlé autour de nous et l’idée séduit. Il est encore trop tôt pour dresser la liste de ce que l’on trouvera dans le magasin mais il y aura assurément des légumes, différentes viandes, des fruits, des fromages, du miel, des confitures, des jus de fruits… La gamme sera très étoffée », promet Émilie Collignon qui fabrique des fromages. Le projet fait actuellement l’objet d’une étude de marché. « Il y aura assurément des légumes, différentes viandes, des fruits, des fromages, du miel, des confitures, des jus de fruits… La gamme sera très étoffée »Elle permettra notamment de déterminer le meilleur lieu d’implantation en sachant que ce sera autour de Sarrebourg. « Il nous faut encore réfléchir au mode de fonctionnement que l’on compte adopter en sachant qu’il est clair que les membres fondateurs de l’association se relaieront, à tour de rôle, pour accueillir la clientèle. », explique la présidente. Au-delà du soutien des agriculteurs, des producteurs et des consommateurs, le projet a également d’ores et déjà séduit différents partenaires publics. Le Département de la Moselle soutient notamment le projet qui devrait également bénéficier d’une aide financière de l’Europe via des fonds dédiés. Les mois à venir, les membres de l’association comptent les mettre à profit pour se former à la gestion et à l’organisation d’un tel espace de vente. Des formations sont programmées avec Terres d’envies, le réseau dont l’objectif est de fédérer, promouvoir et défendre le concept de point de vente collectif fermier, ainsi qu’avec la Chambre d’agriculture de la Moselle. Le Département leur a d’ores et déjà mis le pied à l’étrier en leur offrant l’opportunité d’un « stage en immersion ». « La Chambre qui est chargée de l’organisation du stand Moselle nous a proposé de tenir ce stand au Salon de l’Agriculture qui se déroule du 27 février au 6 mars. Nous y vendrons plus d’une centaine de produits labellisés Mangeons Mosellan et Produits Moselle Passion parmi lesquels figurent les nôtres. Une bonne manière d’apprendre à vendre des produits dont nous ne sommes pas forcément familiers. Ce sera aussi une bonne occasion pour souder l’équipe car notre association est toute récente. Elle a été créée en novembre dernier », indique Émilie Collignon. Si tout se déroule comme prévu, l’ambition est d’ouvrir l’espace de vente au printemps prochain. À noter pour être exhaustif que l’enseigne ne portera pas forcément le nom de « Pré de chez vous ».


LE CIRCUIT-COURT SÉDUIT

Le circuit-court est un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire entre l’exploitant et le consommateur. Le concept se développe depuis quelques années déjà via la vente directe à la ferme, les magasins fermiers, internet… « La restauration collective n’y échappe pas non plus : de plus en plus d’initiatives régionales voient le jour afin de mettre en relation les producteurs locaux et les gestionnaires de cantines », souligne le ministère de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Selon le cabinet Natural Marketing Institute, 71% des Français préfèrent acheter des produits locaux. « Un producteur sur 5 vendrait en circuit court (21 % des exploitants) », souligne le ministère.