Jean Rottner, (ex) maire de Mulhouse, a été élu à la présidence de la Région Grand Est, le 21 octobre. (© DR)

Jean Rottner (Les Républicains) a été élu par 96 voix pour, 37 votes blancs et nuls et 36 votes contre sur 169 votants. Il succède à un autre Alsacien à la tête de la Région, Philippe Richert qui avait choisi de démissionner, il y a quelques semaines de cela. Le président Rottner qui n’a pas manqué de saluer le travail de son prédécesseur, lors de son discours, a insisté sur le fait qu’une seconde étape de la mandature s’enclenchait.

« Il y a eu le temps de la construction. Cela n’a pas été une promenade d’agrément. Cela a été une période décisive. Le cadre est fixé. Les grandes orientations sont données. Notre collectivité est en ordre de marche. Le temps est venu de déployer l’action régionale dans toute sa plénitude », a-t-il souligné avant de préciser ses priorités : la jeunesse, les territoires, les mobilités, la vocation européenne de notre région et l’emploi qui est « la priorité des priorités ».

« Il nous faut d’abord apprendre à marcher sur nos deux jambes et articuler pleinement nos politiques d’interventions économiques et nos politiques de formation professionnelle, c’est-à-dire assurer un accompagnement efficace des entreprises tout en assurant aux demandeurs d’emploi et aux salariés des formations leur offrant une meilleure employabilité », a indiqué Jean Rottner.

Le président entend, aussi, être celui qui « refuse le repli sur soi », indiquant au passage que s’il a répondu « présent à l’appel au dialogue de certains élus alsaciens qui souhaitent redéfinir la situation institutionnelle de l’Alsace », il se refusera « toujours à toute position strictement démagogique qui ne pourra conduire qu’à des impasses ou à des déceptions ».

S’il a été un opposant à la Grande Région (il a été à l’initiative d’une pétition en ce sens), c’est avant tout pour dénoncer le « bricolage » du Gouvernement de l’époque, affirme-t-il. Si Jean-Luc Bohl, maire de Montigny les Metz a été réélu 1er vice-président, la composition de l’assemblée évolue. Valérie Debord, sixième vice-présidente est désormais en charge chargée de l’emploi et de la formation professionnelle (de l’enseignement supérieur au préalable). Autre changement notable, David Valence, le jeune maire de Saint-Dié-des-Vosges est vice-président Mobilités et Infrastructures de Transport.