(©DR)
1973, coup d’État au Chili, il voit la bourgeoisie chilienne faire carnaval. Dans un bus en Chine, quand Gérard Longuet entonne L’Internationale, il est aussi là. Sur les cinq continents, il a traîné ses grolles et ses calepins. Conversation avec le Grand reporter et écrivain Claude Vautrin.

C’est un gamin, il a 16 ans, il est en Seconde, il s’en va. Déjà. Retenu dans le cadre du programme « Zellidja » (1), l’opportunité se présente à lui de partir comme boursier de la fondation. En poche, un projet de voyage et de reportage. En tête, déjà « cette soif de découvrir le monde pour mieux comprendre. » Le Vosgien – natif de Nancy – Claude Vautrin sera l’un des lauréats de « Zellidja » (mosaïque, en arabe). Son terrain de vie est une mosaïque et le métier de journaliste va lui permettre d’assouvir son besoin de transmettre et d’expliquer. Le mot rencontre prend chez cet homme un sens particulier, quelque chose d’indispensable et sentimental à la fois. Deux mondes qu’il aime, qui l’accaparent et le nourrissent, le tout-près et le très-loinPresque de l’ordre religieux. Il aime ne pas se cantonner, frôler les limites, barouder où il veut, décamper des circuits officiels que tracent les chefs de guerre. Peut-être est-ce cette anecdote, et la façon dont il la raconte, qui résument le mieux Claude Vautrin. Elles réunissent les deux mondes qu’il aime, qui l’accaparent et le nourrissent, le tout-près et le très-loin : « J’étais dans un alpage, je vivais pendant deux mois avec des paysans. Un nuit, une vache a vêlé et il a fallu que je descende dans la vallée. C’est là que j’ai appris que l’homme avait marché sur la lune. » Il a couvert des dizaines de zones de conflits à travers le monde, Sarajevo, Berlin, Gaza… Son goût de l’investigation ne le conduit pas sur les seules zones de guerre et son récent livre, Grand reporter, le pas de côté (2), s’attarde aussi parfois sur l’anecdotique. En 1997, il est des journalistes qui accompagnent en Chine Gérard Longuet. Il raconte : « Dans un bus roulant dans le brouillard sur une route de la province d’Hubei, Gérard Longuet, dont on sait les sympathies plus que droitières, entonne soudain l’Internationale. » Et puis il y a les rencontres qui l’émeuvent encore, inoubliables, avec « ces gens qui mériteraient tous les Nobel du monde ». Ainsi parle-t-il du docteur Tawk, « un sage. » « J’aime aller voir ce que produit un événement sur les gens. »Avec ses équipes, Youssef Tawk a entrepris la replantation de 35 000 cèdres au Liban, « il a tenu bon, bataillé contre vents et marées pour empêcher un de ces projets hôteliers pharamineux programmés à 2 200 mètres d’altitude par l’argent du pétrole au nom de la glisse occidentale. » Comme il est descendu un jour dans la vallée voir l’homme monter sur la lune, Claude Vautrin ne cesse d’aller et venir. Il est un JTT, journaliste-tout-terrain. «  J’aime aller voir ce que produit un événement sur les gens. » Veilleur, médiateur, témoin, éclaireur « des trous noirs de l’info », Claude Vautrin pratique le métier de journaliste avec le souci de l’analyse : « Il n’est pas possible de livrer des faits bruts sans les expliquer. » Forcément, la question d’Internet l’intéresse : « Le problème, c’est qu’il n’y a pas de tri mais Internet peut aussi revigorer le journalisme. » A condition que la liberté demeure l’encre qui dessine les mots. La liberté, c’est son moteur. Grand reporter à La Liberté de l’Est – et occasionnellement pour La Croix et Le Matin de Paris – aujourd’hui rédacteur en chef du tout jeune et très rafraîchissant Montagnes des Vosges, Claude Vautrin a aussi bourlingué sur le petit écran, animateur d’émissions politiques et économiques sur Vosges TV. Un jour – il était jeune et tout juste diplômé de Sciences-Po Paris – un ténor politique lorrain lui offre un pont d’or. Il décline, préférant La Liberté de l’Est. La liberté tout court. « De ma promo de Sciences-Po, c’est sans doute moi qui aurai la plus petite retraite, mais la liberté est pour moi une valeur suprême. »

(1)www.zellidja.com
(2)Grand reporter, le pas de côté, 2015, éditions Kaïros, 261 p, 23€