SORTIE LE 12 SEPTEMBRE

Du roman à la caméra, la frontière est souvent mince et l’écrivain belge Didier Van Cauwelaert ne s’est pas privé pour la franchir. Qui d’autre que le Prix Goncourt 1994 (pour Un aller simple) pouvait mettre en scène J’ai perdu Albert, qui raconte l’histoire d’un drôle de ménage à trois, impliquant une voyante renommée, un apiculteur dépressif… et Albert Einstein. Joli tableau ! Le père de la relativité a élu domicile dans la tête de Chloé, incarnée par Julie Ferrier, que les grands de la planète courtisent pour lui demander conseil. Sauf que cette dernière, surmenée, va finir par perdre son illustre pensionnaire, qui décide d’aller voir ailleurs, plus précisément dans le cerveau de Zac (Stéphane Plaza) un jeune homme paumé, atterré par la mort mystérieuse de ses abeilles. Bien décidée à reconquérir Albert, Chloé se liera d’amitié avec Zac, pour le meilleur et pour le pire.