© Nicolas Waltefaugle

La compagnie meusienne Azimuts fête ses vingt ans avec un festival sur le site d’Ecurey à Montiers-sur-Saulx, où elle s’est installée après des années de pérégrinations dans le Sud meusien. Un événement qui reflète les rencontres et les échanges qui ont nourri le territoire et les artistes.

C’est l’histoire d’une compagnie profondément attachée aux arts de rue, arpenteuse des chemins, des campagnes et des places de villages du Sud meusien, où elle trouve son public. En 1998, beaucoup de choses restent à faire en matière de culture. « Au début, les habitants pensaient que ce que l’on faisait n’était pas pour eux », explique Michael Monnin, metteur en scène et directeur artistique d’Azimuts, Meusien d’origine. « Il a fallu provoquer des choses. En 20 ans, la situation a vraiment évolué. » Parallèlement à ses variations autour de la fanfare de rue, Azimuts explore dans ses créations les relations humaines et le monde de l’entreprise, les fantômes de la Première guerre mondiale, la ruralité et l’écologie ou encore la tempête de 1999. Des thématiques profondément liées à la région. « Si on a contribué à ouvrir la vision culturelle au sein du territoire, lui aussi nous a énormément nourri, souligne le directeur artistique. En tant qu’artistes, on se demande toujours quelle est notre légitimité : sommes-nous utiles sur ce territoire ? »

C’est à travers l’échange que la compagnie a trouvé sa réponse. Azimuts s’investit fortement dans l’organisation d’ateliers de théâtre pour les amateurs et en milieu scolaire : en 2017, la compagnie a effectué quelque 900 heures d’action culturelle. « Je suis un produit de l’éducation populaire, ce sont les artistes qui venaient dans mon école qui m’ont donné la vocation, raconte Michaël Monnin. Un esprit de partage et de collaboration qui est également celui d’Ecurey, où se tiendra l’événement anniversaire. Baptisé Ecurey Pôles d’avenir, le projet s’est installé en 2015 sur cette C’est à travers l’échange que la compagnie a trouvé sa réponse.friche industrielle à l’initiative de la Codecom Portes de Meuse. Labellisé Pôle d’excellence rurale, Ecurey réunit différents acteurs : un pôle d’éco-construction, un autre de recherches autour de l’ortie, un musée et prochainement un maraîcher autour de la Grange où s’est installée Azimuts pour y fonder le CCOUAC, Centre de Création OUvert aux Arts en Campagne. En plus d’y tenir ses résidences, elle y invite d’autres compagnies et programme régulièrement des spectacles tout en continuant d’investir le Sud meusien. « Azimuts a participé aux premières réunions de réflexion autour d’Ecurey. Lorsqu’il s’est orienté vers une logique de développement durable, on a pensé que cela nous correspondait tout à fait. Grâce au lieu, nous sommes devenus plus visibles. » Ce qui n’empêche nullement la compagnie de promouvoir ses créations hors de son périmètre. Ainsi La quiche en 5 actes, qui rythme la recette de la quiche lorraine en alexandrins et la marie au théâtre classique, rencontre un franc succès et une adhésion non feinte du public : près de 60 représentations en 2 ans, jusqu’en Belgique et en Pologne…

À l’occasion du festival, une vingtaine de compagnies donneront des spectacles entre la Grange, la Halle de fonderie, les espaces extérieurs et un chapiteau de 250 places qui accueillera Là-bas, le cirque équestre de la compagnie Ilù. Un moment festif où la musique sera très présente avec le bal décalé La Chose s’en bal !, la fanfare de poche d’Azimuts, les concerts habités de la compagnie Brounïak et de Vladimir Spoutnik, ainsi que d’autres compagnies qui ont croisé la route d’Azimuts et partagé ses valeurs pendant vingt ans, telles la Chose publique ou la Rue de la Casse, qui présentera une étape de travail d’un ambitieux projet. Quant à la compagnie Melocoton, elle vous invitera à une visite très particulière du site. Citons également Chiffons de la compagnie marseillaise Les Filantes, avec la comédienne Cécile Grosjean, qui a suivi les ateliers d’Azimuts pendant sept ans. « On a toujours voulu toucher les gens et pour cela il est aussi important de transmettre que de créer, résume le metteur en scène. Lorsque l’on vient du monde rural, cela a toujours du sens»

Les 22 et 23 septembre à Ecurey (Montiers-sur-Saulx)
cieazimuts.com