© MOSL

Créée en 2018, par Charles Darnane, l’entreprise Les Ateliers de Basse-Ham (ABH) est spécialisée dans la maintenance de wagons ferroviaires. Affichant un beau démarrage, ABH est un bel exemple du renouveau industriel mosellan.

L’industrie recouvre des couleurs en France, depuis quelques années. L’an dernier, plus d’une centaine d’usines ont ouvert leurs portes. Terre industrielle s’il en est, la Moselle est un territoire qui séduit. En quête d’un nouveau défi et riche de son expérience dans la maintenance industrielle dans le secteur ferroviaire, Charles Darnane a créé les Ateliers de Basse Ham (ABH), durant l’été 2018, sur un ancien site d’ArcelorMittal, de 22 000 m2. Cette société est spécialisée dans la maintenance de wagons ferroviaires. Dans les ateliers, une cinquantaine de salariés s’active car les commandes n’ont pas tardé, de grands loueurs confiant à ABH la remise à neuf de wagons de fret et de voyageurs. L’activité se développe et l’entreprise recrute. Parce que le personnel qualifié et directement opérationnel est rare, Charles Darnane a fait le choix d’investir dans la formation et de donner leur chance à des personnes motivées, y compris à celles n’ayant jamais mis les pieds dans un atelier. « Nous avons simplement redonné du travail à des gens qui n’en avaient plus. Ils font à nouveau des projets. C’est une de mes fiertés », souligne le dirigeant dans une interview parue dans la presse régionale. La création d’ABH illustre également le fait qu’un projet bien ficelé, qui affiche compétences et savoir-faire, a l’oreille des investisseurs et des collectivités. S’il a bien entendu investi dans son affaire, le dirigeant a également reçu le soutien de la BPI (Banque publique d’investissement), des fonds européens ou bien encore de Total Développement Régional qui lui a accorder un prêt. Pour trouver un site qui répondait à ses exigences, Charles Darnane a également bénéficié de l’accompagnement de Moselle Attractivité auprès des entreprises dans leurs projets d’implantation ou de développement. Si le carnet de commandes continue à se remplir comme prévu, ABH pourrait compter une centaine de salariés d’ici 2024.