(©123RF)

Après cent ans d’absence dans cette région, le loup pourrait bien avoir fait son grand retour en Sarre et en Rhénanie-Palatinat. Il aurait fait ses premières victimes, quatre moutons, mi-septembre à la frontière entre les deux Länder, aux alentours de St. Wendel. Les experts vétérinaires ayant examiné les cadavres des animaux ont estimé que les traces de dents longues de cinq centimètres correspondaient à l’empreinte dentaire du prédateur. Une analyse ADN devrait confirmer ces résultats dans les prochaines semaines.
Depuis 1990, le loup est en Allemagne une espèce protégée. Alors qu’un loup avait déjà été repéré il y a quelques mois dans les Vosges, le ministre de l’environnement de la Sarre, Reinhold Jost, avait lancé un « plan loup » pour concilier les intérêts des défenseurs des droits des animaux et ceux des bergers et autres éleveurs. Cette stratégie comprend entre autres des mesures de prévention comme la construction de clôtures ainsi que le remboursement le moins bureaucratique possible des propriétaires ayant perdu des bêtes tuées par le ou les loups. Les bergers concernés pourraient toucher jusqu’à 100 euros par mouton. Selon les experts, l’attaque de St. Wendel pourrait être même être attribuées à deux loups. Cependant, Reinhold Jost reste décontracté. Pour lui, les ennuis seraient de courte durée puisque la Sarre du fait de sa densité de population ne serait pas un lieu d’implantation privilégié par les loups pour créer une meute.