Sur OCS Saison 1

Arabella est une jeune londonienne sûre d’elle, qui aime faire la fête et passer du temps avec ses amis. Elle a un petit copain en Italie et une future carrière d’écrivaine qui se profile : d’ailleurs, son compte Twitter inspire des milliers de jeunes femmes noires tous les jours. Un soir, elle décide de partager quelques verres avec son groupe d’amis. Le lendemain à son réveil, elle découvre une blessure sur son front et des hématomes sur son corps. Problème : elle ne se souvient pas du tout de la nuit passée. Inquiète, elle suspecte très vite que quelqu’un l’a droguée pour abuser d’elle. I may destroy you, c’est donc l’histoire d’un viol, mais raconté, pour une fois, du point de vue de celle qui l’a subie : la jeune femme va chercher à reconstituer ses souvenirs, mais aussi à se guérir en transformant son histoire, en se la réappropriant. Michaela Coel est à la fois devant et derrière la caméra : celle que l’on a pu découvrir dans l’insolite et attachante série Chewing Gum met ici en scène son double imaginaire afin de relater son propre trauma. En espérant que la fiction exerce son pouvoir cathartique.