(© DR)
Près de 500 personnes, venues de toute la Grande Région, se sont retrouvées, début février à Luxembourg à l’occasion du passage de relais entre la Wallonie et le Grand-Duché pour la présidence de la Grande Région. Le Luxembourg entend placer le citoyen au cœur de ses deux ans de présidence.

La 16ème Présidence du Sommet de la Grande Région est exercée par le Luxembourg depuis le 1er janvier 2017. Le lancement officiel a eu lieu le 2 février 2017 aux Rotondes à Luxembourg, en présence de Xavier Bettel, Premier ministre du Grand-Duché, et de Corinne Cahen, ministre à la Grande Région. « Le Luxembourg reste profondément convaincu du rôle de la Grande Région en tant que moteur de l’intégration européenne et c’est dans ce sens-là que nous comptons œuvrer au courant de notre présidence », a souligné Xavier Bettel, lors de son intervention.

Le Grand-Duché s’efforcera de mettre ses valeurs fondamentales – fiabilité, dynamisme et ouverture – au service de la Grande Région.Le Grand-Duché pourra-t-il indéfiniment digérer une augmentation des travailleurs transfrontaliers aussi importante ? Comme lors de ses présidences du Conseil de l’Union européenne et de l’Union Benelux, le Luxembourg entend placer le citoyen au cœur de son programme. A ce titre, les priorités de la présidence s’articuleront autour de deux axes principaux.

Primo, la Grande Région, un espace de vie au service du citoyen. Secundo, la Grande Région, un espace tourné vers l’avenir. A noter d’ailleurs que lors des échanges entre les différents décideurs, il a beaucoup été question des jeunes et de leur place dans l’espace transfrontalier. Tous les acteurs s’accordent à dire qu’il importe de davantage les y impliquer et les y faire adhérer.

La création d’un Parlement des jeunes ainsi que la nécessité de donner un nom à la Grande Région afin de mieux l’identifier (une priorité selon le ministre wallon René Collin), ont notamment été évoqués. « La Grande Région est plus importante que jamais : nous devons défendre nos valeurs communes et notre solidarité » a souligné Corinne Cahen et rendre la Grande Région « plus attractive, plus compétitive, plus ouverte et plus accueillante ». Autrement dit, alors que d’aucuns construisent des murs, l’ambition est de lever toutes les frontières, quelles qu’elles soient…