(©DR)

En 2017, cela fera 50 ans que la Grande-Bretagne a officiellement dépénalisé l’ homosexualité. Jusqu’en 1967, être homosexuel (ou bisexuel) était un délit. La mention « outrage aux bonnes mœurs », figurait sur le casier judiciaire des personnes qui se faisaient « attraper » pour de tels faits. Près de 65 000 hommes ont ainsi été condamnés, les tribunaux exigeant parfois une castration chimique. Autant dire que leur vie personnelle comme professionnelle était brisée.

Cela fait des années que les associations réclament que ces personnes soient graciées. Un premier pas avait été fait, il y a 3 ans, quand la reine a gracié Alan Turing, « l’Einstein des maths », qui s’est rendu célèbre pour avoir décodé la machine de cryptage utilisée par les nazis durant la seconde guerre mondiale. Alan Turing fut poursuivi, en 1952, en raison de son homosexualité. Obligé de subir une castration chimique, il s’était suicidé deux ans plus tard pour éviter la prison. Il avait 41 ans. La mesure de grâce annoncée porte d’ailleurs, en tout cas, communément, son nom. 15 000 homosexuels concernés par la grâce sont encore en vie.