Avec Midi, Cloé Korman entraîne le lecteur dans une enquête sur le mystère d’une violence exposée devant tous, en plein soleil, et néanmoins inapprochable.

« Analyses de sang : catastrophiques. Les défenses immunitaires d’un moineau. Et la synthèse de l’entretien avec l’interne : ‘ Le patient a cessé tout traitement depuis 2013’. Il avait ajouté à la main, à mon avis sur la demande de Dom dont il n’avait pas dû comprendre l’humour : ‘ À l’exception du paracétamol pour les douleurs’ ». Claire est médecin dans un hôpital parisien. Un jour, un nouveau patient est admis dans son service, qui demande à la voir. Elle reconnaît alors Dominique, un ancien amant. Cette présence la bouleverse : la maladie de Dom, déjà très avancée, met en échec ses qualités de médecin. Elle fait également remonter des souvenirs. Quinze ans plus tôt, Claire est partie à Marseille avec son amie Manu, travailler dans le théâtre associatif que dirigeait Dominique. Au milieu d’un groupe d’enfants occupés à apprivoiser la scène et embarqués dans une adaptation tumultueuse de La Tempête de Shakespeare, les deux amies sont troublées par une silhouette fragile : celle d’une petite fille marginale, aussi inquiète dans sa famille que parmi les autres enfants, qui semble les appeler à l’aide. Mais c’était l’été, l’heure était à la fête, à la joie et aux plaisirs. Un grand soleil aveuglait alors un peu trop la jeune femme pour lui donner envie de voir ce qui se joue vraiment dans l’ombre. Avec l’arrivée de Dom, l’heure est venue de comprendre. Cloé Korman est née à Paris en 1983. Elle a étudié la littérature, en particulier la littérature anglo-saxonne, ainsi que l’histoire des arts et du cinéma. Midi est son troisième roman, après Les Hommes-Couleurs (Prix du Livre Inter 2010) et Les Saisons de Louveplaine (Seuil, 2013).