SORTIE LE 29 MARS 2017

C’est le genre de défi aussi exaltant que suicidaire. Quand on s’attaque à un manga culte, il y a de quoi être circonspect sur le rendu final. Celui dont on parle, Ghost In The Shell, a vu le jour en 1989 sous les crayons de Masamune Shirow. Après avoir fait l’objet de deux longs-métrages animés en 1995 et 2004, respectivement Ghost In The Shell et Innocence, l’œuvre nippone est donc devenue un film, avec dans le rôle principal l’actrice Scarlett Johansson.

Un choix qui a fait grincer quelques dents, les puristes ne comprenant pas que le personnage du Major Motoko Kusanagi, un cyborg de sexe féminin intervenant dans une section d’élite anti-terroriste, ne soit pas confié à une actrice asiatique. Un début de polémique balayé par le réalisateur Rupert Sanders (Blanche-Neige et le chasseur), qui a pu compter sur le soutien de Mamoru Oshii, le réalisateur du dessin-animé original, selon lequel la comédienne américaine est allée bien au-delà de ses attentes. Verdict dans les salles.