Grisé par le son de Muddy Waters et l’harmonica de James Cotton sur Hard again, le frenchy Nico Wayne Toussaint envahit les États-Unis à la fin des années 90, à l’âge de 19 ans, pour s’y imposer comme l’un des meilleurs harmonicistes de sa génération. À Minneapolis, il joue avec ses idoles, avant de décrocher de nombreux prix d’interprétation et d’être régulièrement choisi pour représenter les sociétés de blues les plus prestigieuses du pays. Installé à Miami, il n’oublie pas sa patrie d’origine, désireux d’allumer la flamme du Chicago blues dans l’Hexagone, où il se produit régulièrement.

Le 27 novembre à 20h30 au Gueulard + à Nilvange / Première partie : Crossroads