(©DR)
Nombreux sont les Lorrains qui connaissent et empruntent l’aéroport de Francfort Hahn situé non loin de Bernkastel au cœur du massif du Hunsrück. Créé en 1993 sur une ancienne base aérienne de l’armée américaine, il s’est assez vite développé autour des vols low cost pour devenir avec ses 2,4 millions de passagers le troisième aéroport de La Grande Région Transfrontalière après Charleroi et Luxembourg.

Le Land de Rhénanie Palatinat était propriétaire de la structure mais cherchait depuis plusieurs années à le céder au secteur privé. Il y a moins d’un an, en mai 2016, Frankfurt Hahn Airport a donc été racheté à 82% par un groupe chinois. Mais ce dernier s’est vite avéré n’être en fait qu’une société fantôme. Le gouvernement Mayençois a alors dénoncé cet accord et remis l’aéroport en vente.

Trois repreneurs se sont porté candidats. Selon Roger Lewentz, le ministre de l’intérieur du Land, c’est finalement une firme allemande implantée dans le Palatinat qui l’a emportée avec un projet qualifié par le ministre de « crédible et conséquent ». Elle s’associerait toutefois avec une compagnie aérienne chinoise pour développer des réceptifs venus de Chine. Dès lors, il semble bien qu’un accord définitif puisse intervenir d’ici avril. Il marquerait un changement d’orientation dirigé vers l’accueil de voyageurs venus d’ailleurs.

Cette affaire à rebondissement montre en effet à quel point le modèle économique de ce type d’aéroports est fragile. Exclusivement centré sur les destinations assurées par des compagnies à bas coût – Ryanair et Witz Air- et sur une activité fret certes importante mais insuffisante, Francfort Hahn Airport semble souffrir d’une rentabilité trop faible.

L’isolement géographique de la structure ne facilite pas les choses. Cet aéroport rural, qui n’est relié à aucune gare, se trouve à 85km de Mayence, 118km de Luxembourg, 188km de Metz et… 124km de Francfort. On ne peut si rendre qu’en empruntant des routes nationales assez délicates. Cet isolement constitue-t-il un handicap rédhibitoire ? L’avenir le dira. Chacun sent bien toutefois qu’une remise à plat de l’activité de ces équipements de la grande Région Transfrontalière et une meilleure coordination pourrait s’avérer nécessaire. Intégrer Lorraine Airport dans cette réflexion pourrait être très utile.