© DR

Les tensions entre Volkswagen et son fournisseur Prévent menacent des emplois en Sarre. L’entreprise de fonderie Halberg Guss basée à Sarrebruck pourrait faire les frais de cette guerre des prix.

C’est un conflit entre deux géants du monde de l’automobile qui pourrait bien coûter cher aux Sarrois et aux frontaliers. Parce que Volkswagen et son fournisseur Prevent se livrent une guerre des prix, ce dernier a décidé de stopper plusieurs fois la livraison de pièces produites en particulier sur le site de Halberg Guss à Sarrebruck. Volkswagen critique le fait que Prevent aurait décidé de multiplier par dix ses prix pour certaines pièces, un montant dont le fabricant automobile allemand n’est pas prêt à s’acquitter. De l’autre côté, Prevent se plaint de factures qui n’auraient pas été réglées en temps et en heure par son client. Si la situation perdure, c’est près de 1500 postes qui pourraient  être supprimés à Sarrebruck. De par son nombre de salariés, l’entreprise fait partie des 15 plus gros employeurs de Sarre. Les syndicats et les délégués du personnel craignent que l’arrêt des livraisons de la part de Prevent ne provoque en représailles un arrêt des commandes de la part de Volkswagen qui est le client numéro un de Halberg Guss. De plus, ils sont sceptiques vis-à-vis de la stratégie de Prevent qui a racheté leur fonderie il y a à peine quelques mois de cela. Preuve que la situation est prise au sérieux par les autorités, la Ministre sarroise de l’économie Anke Rehlinger a proposé de réunir les deux parties autour d’une même table afin de tenter de régler leur différend. Si Volkswagen et Prevent ont accepté cette offre, la médiation n’a pour l’instant pas abouti à une résolution. Si un accord entre les deux parties est impossible, Rehlinger a également lancé l’idée d’une vente de Halberg Guss à un nouvel investisseur dont la relation avec Volkswagen serait moins problématique. En attendant, la situation reste donc tendue pour les 1 500 salariés de Halberg Guss.