Carnaval aux éditions du Cherche-Midi est le premier roman du linguiste et scénariste américain Ray Celestin. Il nous donne une version romancée et passionnante d’un fait divers jamais élucidé à la Nouvelle-Orléans en 1919. Au-delà de l’enquête, il recrée l’atmosphère si particulière métissée et pourtant ségrégationniste de cette ville envoûtante.

CARNAVAL (©DR)En 1919, un tueur en série fracasse le crâne de certains habitants de la Nouvelle-Orléans (de préférence des Siciliens) à coups de hache, ce qui lui vaut d’ailleurs le surnom de Tueur à la hache, et laisse une carte de tarot à côté de ses victimes. Michael Talbot, un policier épuisé, Luca D’Andrea, un ancien policier mafieux qui sort à peine de la prison d’Angola, Ida, secrétaire de l’agence Pinkerton et un journaliste, John Riley mènent l’enquête chacun de leur côté et vont tous découvrir une partie de la vérité. La solution est moins simple qu’elle n’en a l’air car on ne se lance pas simplement dans la chasse au tueur psychopathe vaudou. Les meurtres ont un mobile plus profond et n’arrangent pas seulement le meurtrier. Ray Celestin nous plonge dans le bourbier de corruption, de violence, de mafia et de racisme qui gangrènent la Nouvelle-Orléans. Il y a quelque chose de pourri au royaume de Louisiane et ça ne vient pas que des marécages. Le mystère qui entoure ces crimes et les tensions sociales qui règnent dans la ville rappellent l’atmosphère du Londres victorien lorsque sévissait le tout aussi énigmatique Jack l’Éventreur. Mais la Nouvelle-Orléans, c’est aussi une ville de fête et de musique. Le jazz omniprésent accompagne les personnages. Celestin fait même un clin d’œil au grand Louis Armstrong. On compare avec justesse ce roman à L’Aliéniste de Caleb Carr. Les deux auteurs ont en commun un talent indéniable pour le suspense et la description de la société dans laquelle leurs personnages évoluent.