fatima (© DR)Après sa trilogie La Bible au féminin, Marek Halter a choisi de réitérer l’exercice mais cette fois, en écrivant une trilogie dédiée au monde de l’islam : Les Femmes de l’islam. Le premier volet publié en 2014, était consacré à Khadija, la première épouse de Muhammad (Mahomet) qui fut la première à dire « Je crois ». Ce deuxième volet intitulé Fatima est consacré au dernier enfant que Muhammad a eu avec Khadija. Une fille encore, mais « au cœur de garçon ». Une vraie guerrière qui a été celle qui a dit « Nous pouvons ». « Tu es forte comme dix garçons. Aime ton père, protège-le comme je l’ai aimé et protégé. Promets-moi ma Fatima d’amour. » Fatima se souviendra toute sa vie de cette promesse faite à sa mère mourante. Son père sera victime d’une tentative d’assassinat qu’elle déjouera. Ils devront avec leurs fidèles quitter la Mecque pour Yatrib, future Médine. C’est le début de l’Hégire. Et une époque de chagrin pour Fatima. Son père épouse une très jeune femme, Aïcha, ce qui l’attriste profondément. Elle doit également endosser un nouveau rôle qui ne correspond guère à son tempérament de guerrière, celui d’épouse. Avec ce nouveau roman, Marek Halter, révèle une figure essentielle de l’islam. Protectrice de son père Muhammad, Fatima a en effet eu un fils Hassan dont se réclament les chiites. Alors que les sunnites eux se réclament d’Abu Bakr, père de l’épouse « bien-aimée » Aïcha.