Juliette Salmon © Droits réservés

Juliette Salmon a rejoint la Fabrique Autonome des Acteurs, sur le site de Bataville, en 2015. Elle est particulièrement sensible à la transversalité des disciplines, qui s’applique aux projets qu’elle mène sur place.

Juliette Salmon fait ses débuts dans son bordelais natal avec l’obtention d’une licence arts du spectacle à l’Université Montaigne, puis un Diplôme d’Études théâtrales au Conservatoire de Bordeaux. Elle pratique le violon et la danse parallèlement à une carrière naissante sur les planches, notamment avec le collectif Jabberwock, la compagnie Prométhée et la compagnie de danse Mutine. « J’ai toujours voulu mêler le théâtre à d’autres pratiques : tout peut nourrir le métier d’acteur » explique la jeune femme de 26 ans. Puis vient la rencontre, décisive, avec Daria Lippi, metteur en scène à la tête de la Fabrique Autonome des Acteurs, qui travaille à réhabiliter l’ancien site industriel de Bataville en un lieu de création, de diffusion, de recherche et de formation pour les arts vivants. Juliette traverse la France pour rejoindre le projet. « J’ai découvert un lieu incroyable, s’enthousiasme-t-elle. Sa beauté m’a conquise : ce rouge qui contraste avec le vert de la forêt, les ateliers, la cité ouvrière… tout y est décor. Je suis heureuse qu’on ai pu laisser voir de la beauté aux habitants après le drame de la fermeture. »

Sur place, elle s’investit dans des actions de création et de médiation culturelle, faisant le lien entre les artistes et le public, apprend aussi à connaître les différents acteurs locaux, se frotte à un peu de technique… « Mon poste, lui aussi, est transversal ! explique-t-elle. Je suis un peu la « cheville ouvrière » ici : c’est un terme qui me convient bien, c’est un féminin et ça évoque aussi une partie du corps… » À son arrivée, Juliette s’est investie dans un projet de laboratoire de recherche croisant théâtre et photographie. Actuellement, elle travaille autour de MAPS – the Game, un jeu vidéo qui propose d’explorer Bataville pour découvrir son histoire passée et présente, et qu’elle a fait tester à des collégiens. « Le croisement des disciplines est partout à la Fabrique Autonome des Acteurs. Quelque chose d’unique se déroule ici. Pour moi, c’est toujours inattendu et jouissif » résume la jeune comédienne, qui attend avec impatience de remonter sur les planches dans sa Moselle d’adoption.

 

Les 6, 7 et 8 juillet à Bataville aura lieu le festival des Antipodes : 
trois jours de musique, danse, théâtre et performances
sur tout le site de Bataville, entre Moussey, Maizières-lès-Vic et Réchicourt-le-Château.
www.fabriqueautonome.org