SUR FRANCE.TV SAISON 1

« Une série sur le Parlement Européen ? Ça serait d’un ennui ! » déclare l’un des personnages du show. C’est pourtant le pari tenu par Parlement cette web-série multilingue de Noé Debré qui nous révèle les dessous comiques et burlesques du Parlement Européen : co-production française, allemande et belge, la série est disponible exclusivement sur france.tv.

Bruxelles, octobre 2018. Scène de liesse dans les bureaux des députés britanniques populistes du Parlement Européen. Et pour cause : le Brexit vient d’être adopté. C’est dans cette ambiance quelque peu fébrile que le jeune premier Samy Cantor (Xavier Lacaille) fait ses débuts en politique européenne : le voilà assistant parlementaire du député français centriste Michel Specklin (Philippe Duquesne), dont la sympathie n’a d’égale que sa paresse et son incompétence. N’y connaissant pas grand-chose non plus en matière de bureaucratie et de diplomatie européenne, Samy est d’abord noyé dans cet océan de gentils requins où parlementaires, conseillers politiques et lobbyistes magouillent constamment pour défendre leurs intérêts (ou ceux de la démocratie, on ne sait plus trop). Il était loin de s’imaginer que l’amendement sur la pêche, qu’il est chargé de faire passer, réveillerait de vieilles querelles avec les espagnols et serait même l’une des clés du maintien de la démocratie face à la montée du populisme. Les quiproquos, situations cocasses et coups bas s’enchaînent, et c’est le bagout du jeune homme qui lui sauvera plus d’une fois la mise. L’assistant sera aussi épaulé par d’autres travailleurs de l’ombre qui, comme lui, doivent faire face aux différents challenges que leurs lancent leurs supérieurs (souvent à leur insu). Rose, jouée par l’actrice britannique Liz Kingsman, tente de gérer du mieux qu’elle peut sa députée pro-Brexit. Cette dernière, qui n’est pas bien méchante, brille par sa stupidité et se retrouve démunie quant à sa mission politique maintenant qu’elle a obtenu la sortie de son pays de l’Union Européenne. L’autre acolyte de Samy, c’est Torsten (campé par l’acteur autrichien Lucas Englander), un assistant allemand farfelu qui participe aux manœuvres politiques et moralement douteuses de sa chef et qui – cliché oblige – adore les saucisses. La série a bien failli ne pas voir le jour : en 2014, Canal+ avait proposé de développer le projet, mais s’est ravisée à l’annonce du Brexit en 2016. Les producteurs Fabienne Servan-Schreiber et Thomas Saignes n’ont cependant pas baissé les bras, fort heureusement : le Brexit devient d’ailleurs l’un des ressorts comiques les plus exploités du show. Au scénario, on retrouve le Strasbourgeois Noé Debré, qui a participé par le passé à l’écriture de Dheepan de Jacques Audiard et plus récemment du film Le Monde est à toi de Romain Gavras. Quant aux autres auteurs de la série (Pierre Dorac et Maxime Calligaro), ils connaissent bien les rouages des institutions européennes pour y avoir travaillé. Si la série ne redore pas particulièrement le blason du Parlement Européen (qui, comme chacun sait, connaît déjà son lot de détracteurs), elle ne verse pas non plus dans l’eurobashing : le show est certes satirique, mais il décrit de manière attendrissante et terriblement humaine les efforts comme les travers de celles et ceux qui tentent de faire fonctionner la machine européenne.


Vous aimerez aussi :

The Thick of It : Cette sitcom britannique, traduite en français par « Au cœur de l’action », s’infiltre dans le Ministère des Affaires Sociales : à sa tête, les ministres Hugh Abott (dans les saisons 1 et 2) puis Nicola Murray (dans les saisons 3 et 4) sont les rois et reines de la gaffe, et ce malgré les conseils avisés de leurs collaborateurs. Ils devront en répondre à l’intraitable Malcolm Tucker, spin doctor tyrannique.

Veep : Dans ce mockumentary à l’humour corrosif, on découvre les coulisses de la Maison Blanche. On suit le parcours semé d’impairs et de maladresses de la sénatrice Selina Meyer (Julia Louis-Dreyfus) devenue Vice-Présidente des États-Unis (ou « Veep ») ainsi que de sa team.