©DR

La Commission Européenne se félicite de l’engagement des plateformes en ligne dans la perspective des élections européennes.

Le 23 avril dernier, la Commission européenne a publié les derniers rapports de Facebook, Google et Twitter relatifs aux progrès que ces trois plateformes en ligne ont accomplis en mars 2019 pour lutter contre la désinformation. Toutes trois signataires du code de bonnes pratiques en la matière, ces plateformes se sont engagées à rendre compte, tous les mois, des actions prises dans la perspective des élections au Parlement européen de mai 2019.

Dans leur déclaration conjointe*, les commissaires se sont félicités des progrès réalisés : « nous apprécions les efforts déployés par Facebook, Google et Twitter pour accroître la transparence dans la perspective des élections européennes. [..] Elles ont, toutes les trois, commencé à signaler le caractère politique des publicités qu’elles affichent. En particulier, Facebook et Twitter ont mis leurs bibliothèques d’annonces à caractère politique à la disposition du public, tandis que la bibliothèque de Google est en phase d’essai. Ces mesures offrent au public une plus grande transparence concernant les publicités à caractère politique ».

Cela dit, de améliorations sont attendues. « Il sera cependant nécessaire de poursuivre les améliorations techniques et de partager les méthodes et les séries de données relatives aux faux comptes afin de permettre aux experts, aux vérificateurs de faits et aux chercheurs de réaliser une évaluation indépendante », précise la Commission. Par ailleurs, il est regrettable que Google et Twitter n’aient pas encore fait état de nouveaux progrès en ce qui concerne la transparence des publicités engagées, question sensible qui suscite de nombreux débats pendant les élections.

La Commission annonce qu’elle procédera à une évaluation globale des 12 premiers mois d’application du code d’ici à fin 2019. Si les résultats se révélaient insuffisants, elle pourrait proposer d’autres mesures, y compris de nature réglementaire.

*Andrus Ansip, vice-président pour le marché unique numérique, Věra Jourová, commissaire pour la justice, les consommateurs et l’égalité des genres, Julian King, commissaire pour l’union de la sécurité, et Mariya Gabriel, commissaire pour l’économie et la société numériques.