© DR

Airbus a annoncé, mi-février, son intention de supprimer 2 362 postes de sa division Défense et Espace en Europe. La raison : cette division qui représente 15 % du chiffre d’affaires du groupe, a enregistré une perte opérationnelle de 881 millions d’euros en 2019. Les débuts difficiles de l’avion militaire A400M expliquent en partie ce « trou d’air ». Il est notamment prévu de supprimer 357 postes au Royaume-Uni, 404 en France, 630 en Espagne et 829 en Allemagne. Les syndicats (espagnols entre autres) qui s’inquiètent des répercussions que cette décision aura sur les sous-traitants, plaident pour qu’une partie du personnel du groupe soit réaffectée au sein de la division civile du groupe qui, elle, se porte particulièrement bien. En 2019, Airbus a enregistré un chiffre d’affaires de 70,5 milliards d’euros, soit 6,8 milliards de plus qu’en 2018. Certes l’avionneur européen accuse une perte de 1,36 milliard d’euros mais l’amende de 3,6 milliards d’euros infligée par les justices britannique, française et américaine afin de régler un dossier lié à des soupçons de corruption, explique ces résultats dans le rouge.