La 2ème ville de France, souvent montrée du doigt pour sa délinquance et sa pauvreté, Marseille possède plus d’un atout dans son jeu de la séduction. Dans cette cité phocéenne gorgée de soleil, le bleu turquoise des Calanques rejaillit sur un patrimoine historique et culturel d’une grande richesse. Marseille n’a pas fini de faire tourner les têtes !
chateau-d'If-(©-Aziz-Mébarki)

Le Château d’If, forteresse érigée par François 1er doit sa célébrité à Alexandre Dumas et son comte de Monte-Cristo, le monument étant le lieu de détention de son héros, Edmond Dantès. (© Aziz Mébarki)

Souvent décriée pour son insécurité et son insalubrité, Marseille n’en reste pas moins une agglomération au charme vénéneux et au caractère unique, faisant fi de sa mauvaise réputation pour attirer des millions de visiteurs chaque année. Sur place, on ne sait plus où donner de la tête et des yeux. Au-dessus de la tête justement, un ciel bleu azur imposé 300 jours par an par le potentat mistral. Autour du touriste, des effluves que la mythique trilogie de Marcel Pagnol a érigées en délices : là une odeur de bouillabaisse ou d’aïoli, ici un parfum de pastis qui fait tiquer la détente sur des boules de pétanque… Sans oublier ce peuple souriant et heureux de vivre qui donne son âme à celle que l’on surnomme parfois « l’autre capitale ». Pas un hasard si Emil Cioran a un jour écrit à leur sujet : « Si Napoléon avait occupé l’Allemagne avec des Marseillais, la face du monde eût été tout autre. »
Pour humer Marseille, il faut commencer par son pittoresque Vieux-Port. Un classique. Le visiteur a tout intérêt à s’y rendre quand les pêcheurs rentrent de leur besogne et vendent leur marchandise directement sur les quais. Le marché au poisson de la Canebière, avec son agitation permanente, est un autre incontournable, au même titre que le quartier historique du Panier (lire autre texte), qui donne à cette porte de l’Afrique ses lettres de noblesse. Des symboles, la cité phocéenne n’en manque pas, mais le plus sacré d’entre eux est sans contredit la basilique Notre-Dame-de-la-Garde, construite en 1870, dont la Bonne Mère, perchée à 160 mètres de hauteur, offre un des plus beaux panoramas sur cette fourmilière exubérante ! 

A l’entrée du Vieux-Port, le MuCEM est un autre bâtiment emblématique de la 2ème ville de France. On doit ce bijou d’architecture à Rudy Ricciotti, qui a imaginé cet immense cube de dentelle de béton posé sur la mer. Un mastodonte de 44 000 mètres carrés dédiés à la Méditerranée, inauguré en 2013, alors que la ville était labellisée capitale européenne de la culture. Lauréat du Prix du Musée 2015, décerné par le Conseil de l’Europe, ce bâtiment ouvert sur le large suscite l’enthousiasme du public, lui qui a attiré 500 000 visiteurs en 2014. En quittant le MuCEM, un autre legs de 2013 attire le regard. Regard comme Regards de Provence. L’institution muséale ne se contente pas d’embellir la façade maritime, elle offre aussi une élégante tribune à l’art moderne et contemporain.
Pour s’émerveiller de Marseille et de ses trésors, il faut aussi prendre le large, sans nécessairement aller loin. Pour preuve le charismatique château d’If, dressé au centre de la rade. Cette forteresse érigée par François 1er doit sa célébrité au “panthéonisé“ Alexandre Dumas et son Comte de Monte-Cristo, le monument étant le lieu de détention de son héros, Edmond Dantès. Il y a bien évidemment aussi les magiques et envoûtantes Calanques. On accède à ce parc national terrestre et maritime au départ de Cassis. Les falaises blanches et les eaux limpides et turquoise de ce site classé de 4 000 hectares offrent un spectacle à nul autre pareil.
Le soir, la vie de la cité phocéenne s’anime entre autres dans un de ses nombreux théâtres (une cinquantaine, dont le doyen et menacé Théâtre de la Comédie, datant de 1925, mais aussi le Gymnase ou le Jeu de Paume). Car le 5ème art est très populaire sur cette terre de football. On y compte d’ailleurs autant voire plus d’abonnés qu’au Stade Vélodrome, l’antre de l’OM, lequel, avec ses 60 000 places et sa ferveur contagieuse, symbolise le caractère trempé de cette métropole passionnée et passionnante.


PETIT MONTMARTRE DE MARSEILLE

Rue-des-Repenties-(©Aziz-Mébarki)

La rue des Repenties au cœur du plus vieux quartier de la cité phocéenne (©Aziz Mébarki)

C’est bien connu : pour sentir battre le pouls historique de la cité phocéenne, il faut aller se perdre dans les ruelles étroites du Panier, qui tire son nom d’une auberge du 17ème siècle, le Logis du Panier. Fondé par les Grecs en 600 avant J.-C., ce quartier est le plus vieux de Marseille. On accède entre autres par la porte de Lorette à ce monde à part qui a autant inspiré le cinéma (Borsalino) que la télévision (à travers le quartier du Mistral dans la série à succès Plus belle la vie), ou encore la littérature avec la trilogie Fabio Montale, sous la plume de Jean-Claude Izzo, adaptée à la fois pour le petit et le grand écran, sous les traits d’Alain Delon et de Richard Bohringer.
Blotti au nord du Vieux-Port, ce village touristique du 2ème arrondissement a été façonné par plusieurs vagues d’immigration, dont les Italiens, les Comoriens et les Corses, ces derniers ayant contribué à lui donner sa culture authentique méditerranéenne. Le petit Montmartre de Marseille, comme le surnomment certains, abrite un patrimoine historique de premier plan. La place de Lenche, située sur l’ancienne agora grecque, figure parmi les incontournables, au même titre que la Maison Diamantée, avec sa singulière façade et son escalier boisé à l’esthétique remarquable. L’Hôtel de Cabre, la plus ancienne demeure conservée de la ville (1535), l’église des Accoules, ou encore le Centre de la Vieille Charité, un ancien hospice sauvé de la destruction par Le Corbusier, sont d’autres lieux à découvrir dans cette enclave hors du temps.