© Droits réservés

A 19 ans, Hocine Benserradj collectionne déjà les médailles avec le club Espérance Lutte de Stiring-Wendel. En ligne de mire, l’équipe de France et les Jeux Olympiques de 2024.

Les journées sont déjà longues pour Hocine Benserradj, qui vient d’entamer des études d’infirmier à l’Institut de formation de Forbach. Mais la lutte a plus que jamais une grande place dans la vie du jeune homme, qui a fait ses débuts à 12 ans. « J’ai tout de suite accroché au corps à corps de la lutte, où la technique compte autant que la force » explique-t-il. Arrivé en fin de saison au club Espérance Lutte de Stiring-Wendel, sa ville d’origine, il s’entraîne trois fois par semaine puis tout l’été pour intégrer à la rentrée le championnat de Sarre et décrocher le bronze à l’issue de cette toute première saison chez les minimes.

En sept ans, il s’appropriera autant de médailles, dont la dernière en bronze chez les juniors ; le fruit d’un travail constant et de sacrifices réalisés en toute connaissance de cause. « Adolescent et sportif, on est différent des autres, on est comme dans une bulle. D’un point de vue social c’est compliqué, au niveau scolaire aussi, on essaye d’être à niveau tout en assurant à l’entraînement. » Pour « assurer » justement, Hocine a pu compter sur son club et la présence de Mohamed Griffete, son entraîneur, dont le rôle ne s’est pas limité à l’aspect sportif. « Mohamed m’a beaucoup apporté en lutte, et dans la vie aussi, précise Hocine. Connaître de grands pédagogues passionnés comme lui, c’est une chance. Ce type de relation, c’est ce qu’il y a de mieux dans le sport. »

L’éloignement a été l’un des éléments les plus difficiles à gérer pour Hocine : lors de son année passée au Pôle de Lutte de Font-Romeu, dans les Pyrénées, il ne rentre chez lui que toutes les six semaines. L’an dernier, il l’a passé au Pôle France Lutte de Dijon tout en intégrant un club allemand. Le développement de la lutte chez nos voisins d’Outre-Rhin aura permis à Hocine de multiplier les combats et d’engranger de l’expérience en vue d’intégrer l’équipe de France pour les J.O. de 2024. En attendant, il s’investit dans son club en encadrant les jeunes et en formant à l’hygiène du sport et à la santé, parallèlement à ses études à Forbach. « J’ai choisi de rester chez moi, dans mon club et proche de ma famille : c’est ce qui fera ma force. »