© Droits Réservés

Implantée à Sarreguemines, l’entreprise Opteamum est spécialisée dans les systèmes automatisés dédiés aux secteurs de l’industrie et de la banque. La PME qui est en forte croissance, a décroché le Grand Prix de l’Innovation « Stars et Métiers 2018 » organisé par la Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne et la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat Grand Est.

« Cest la quatrième fois que nous déménageons depuis la création de l’entreprise, il y a précisément 10 ans cette année. L’ambition est toujours la même : disposer de plus d’espace compte-tenu de nos besoins et de notre croissance. Nous sommes aujourd’hui installés dans un bâtiment de 4 500 m2 soit 5 fois plus spacieux que le précédent », souligne Éric Hartnagel, co-fondateur et gérant d’Opteamum.

Basée à Sarreguemines, la PME est spécialisée dans les systèmes automatisés. Mettant à profit son expérience et son expertise dans le domaine de la sécurité, le dirigeant s’est d’emblée positionné sur deux secteurs d’activités : l’industrie et la banque. À ce titre, Opteamum conçoit, fabrique, installe et assure la maintenance de systèmes telles que des lignes de fabrication, des machines spéciales ainsi que des machines relevant de la cobotique (Contraction de « collaboratif » et « robotique », la cobotique est une conception de la robotique qui s’intègre au quotidien professionnel). En direction du monde bancaire, elle déploie des solutions liées à la sureté : contrôle d’accès, chambres fortes robotisées…

Compte-tenu de l’évolution technologique et de la digitalisation, Opteamum ne se concentre plus uniquement sur la sécurité physique depuis quelques années déjà. En direction de l’industrie bancaire, elle a notamment développé Digisphère, « une plateforme web qui s’adresse aux acteurs de la sûreté et leur offre une réponse pertinente aux contraintes réglementaires en matière d’évaluation des risques pour les collaborateurs et l’entreprise », précise le dirigeant. Digisphère permet aux responsables de la sécurité de bénéficier, y compris sur son mobile, de toute une palette d’informations pertinentes, en temps réel. Ils peuvent dès lors réagir instantanément en cas d’urgence en prenant la décision la plus efficiente.

Digisphère a déjà séduit le Groupe BPCE. Après une phase de test, la solution est actuellement en cours de déploiement dans plusieurs établissements du Groupe bancaire. Cet outil est amené à se développer encore sur le plan technologique notamment en y injectant toujours plus d’intelligence augmentée, mais pas uniquement. « Digisphère évoluera car les attentes et les besoins de nos clients évoluent. Nous travaillons en étroite collaboration avec eux de manière à leur délivrer des solutions spécifiques, personnalisées. Si la plateforme est dédiée au monde bancaire, il est également possible, et nous y travaillons, d’opérer un transfert de technologies pour développer des solutions qui répondront à des besoins dans le secteur industriel », précise Éric Hartnagel.

Pour accompagner et anticiper les besoins de ses clients, Opteamum consacre chaque année, plusieurs dizaines de milliers d’euros à l’innovation. « L’innovation fait partie intégrante de notre ADN. La moitié du résultat de l’entreprise est réinvesti dans l’innovation, soit en recherche et développement, soit dans des matériels permettant cette innovation. Le développement de Digisphère, par exemple, a nécessité un investissement global de 700 000 euros sur 3 ans. Bien entendu, pour certains projets, nous nous attachons à solliciter différents partenaires », explique le dirigeant déterminé à continuer sur un rythme de croissance soutenue.  Opteamum qui emploie 32 collaborateurs et a réalisé 3,5 millions d’euros de chiffre d’affaires, a vu sa croissance, ces 5 dernières années, progresser de… 500%.


SE TOURNER VERS LE LUXEMBOURG

Avec Digisphère, Éric Hartnagel a pour projet de partir à la conquête de l’Allemagne et surtout de la place financière luxembourgeoise. Si la proximité des deux pays est un atout sur le plan des affaires, cela pose également un petit souci en matière de recrutement. « C’est effectivement une préoccupation car tout le monde s’attache à attirer des talents. Au-delà d’offrir à nos collaborateurs (des ingénieurs et techniciens) une rémunération en phase avec le marché, nous leur proposons de travailler sur des projets passionnants. Nous misons également beaucoup sur la formation. Je recrute volontiers de jeunes diplômés que l’entreprise accompagne pendant 2 ans pour bien les former à nos métiers. Cela dit, j’ai actuellement 5 recrutements en cours ».