(©Ville d’Épinal)
C’est l’événement majeur consacré à l’imaginaire en Lorraine, dont la notoriété a largement dépassé ses frontières : les Imaginales d’Épinal, qui fêtent leur quinzième anniversaire, convient plus d’une centaine d’invités, écrivains, illustrateurs, spécialistes et passionnés à partager leurs savoirs et leur passion.

C’est autour des bords de Moselle de la cité spinalienne que le rêve se propage. Depuis 2002, les Imaginales, festival créé par la Ville d’Epinal, attirent de nombreux amateurs de littérature fantastique et de ses multiples univers parallèles : ils étaient plus de 25 000 lors de l’édition précédente. De l’illustration, dont Épinal est un éminent représentant avec la présence de son Imagerie, ainsi que d’un Musée et un Pôle de l’Image, en passant par diverses formes d’expressions comme la musique ou le jeu, les Imaginales ont à cœur d’aborder de nombreuses facettes de l’imaginaire. L’affiche réalisée par Hélène Larbaigt en est le reflet, avec ses références à la science-fiction, la fantasy, l’histoire, la bande-dessinée ou les contes et légendes. Le thème choisi cette année est R-évolutions. Une façon d’évoquer les débuts de la littérature fantastique contemporaine, qui au XIXème siècle bouscule les codes et aborde les questions sociales et scientifiques de l’époque, comme sa période la plus récente, qui a vu de petites structures éditoriales, largement présentes aux Imaginales, occuper un espace abandonné par les grands groupes. Le style fantastique offre au lecteur des récits à l’identité affirmée, complexe, voire engagée.Une façon aussi d’affirmer que le style fantastique s’est détaché d’une vision simpliste et stéréotypée pour offrir aux lecteurs des récits à l’identité affirmée, complexe, voire engagée, tout en sachant séduire un large public. Le pays à l’honneur cette année est les États-Unis, en hommage à des auteurs qui ont largement contribué à affirmer le genre fantastique dans le monde. Les Imaginales accueilleront notamment Mike Resnick, James Morrow, Kristen Britain, Danielle Trussoni et Norman Spinrad. Pour célébrer cette vivacité et cette richesse, c’est toute une ville qui se transforme le temps d’une semaine : en bords de Moselle, les 1400 m² de la Bulle du livre abriteront stands et expositions. Spectacles, lectures et rencontres auront lieu au sein de deux Magic Mirrors, tandis que l’Espace Cours accueillera des conférences et des débats, et la Yourte du conte des moments magiques autour des mythes et légendes. La Bulle du jeu sera consacrée aux jeux de cartes et de plateau. Huit expositions se tiendront au Musée de l’image, à la Maison du Bailli, à la Bibliothèque d’Épinal, à la librairie le Quai de mots… Des ateliers d’écriture sont également au programme. Parmi les nouveautés, un café littéraire dédié aux premiers romans et un moment de partage consacré aux coups de cœur des lecteurs seront organisés, et des pôles Histoire et imaginaire et Science et imaginaire seront inaugurés. Le Pôle Sciences, en partenariat avec l’Université de Lorraine accueillera une étonnante exposition consacrée à Jules Verne, et une présentation de météorites, par le Planétarium. Les 4èmes Rencontres de Body painting de France, mais aussi les reconstitutions historiques en costumes, peupleront le festival de personnages surprenants, alimentant encore l’ambiance merveilleuse et passionnée des Imaginales. 

Du 26 au 29 mai à Épinal
www.imaginales.fr


PLATTEAU-Stefan-(©DR)

Stefan Platteau, un auteur habitué du festival (©DR)

CHASSEUR DE MYTHES

L’auteur belge Stefan Platteau, lauréat du Prix des Imaginales en 2015 avec Manesh, premier tome des Sentiers des astres, revient cette année pour présenter Shakti, second tome d’une tétralogie. Percevant l’Histoire, qu’il a étudiée, comme un moteur à l’imaginaire nourrissant son récit comme les mythes et légendes qui le fascinent, Stefan Platteau nous narre la quête du Roi-diseur, entité qui serait capable d’inverser le cours de la guerre civile qui déchire le monde de Vyanthryr. « Ce sont des ouvrages très exploratoires, dont les codes sont livrés par petites touches, explique l’auteur. Dans ce récit où chaque personnage peut être un héros, je cherche à éviter tout manichéisme. » Chaque tome aborde en parallèle la destinée d’un des êtres embarqués sur les bateaux remontant un fleuve semé d’embûches. « Ce cadre est un huis-clos naturel où les personnages sont forcés de se côtoyer. Au-delà de l’aventure, ce sont mes personnages et leur évolution qui m’intéressent le plus. »