Si vous aspirez à un voyage immobile inoubliable sur les mers, Riff Reb’s est l’auteur qu’il vous faut. Son adaptation du Loup des mers de Jack London est une véritable perle noire. Chez Soleil.

Après presque 25 ans de carrière, le travail de Riff Reb’s prend une nouvelle dimension avec sa trilogie maritime : A Bord de l’Étoile Matuitine, Le Loup des mers et Hommes à la mer entre 2009 et 2014. En adaptant les sombres récits de Pierre Mac Orlan, Jack London, Robert Louis Stevenson ou encore Joseph Conrad, l’auteur rencontre un vrai succès critique et public. Le Loup des mers se présente comme une adaptation libre du roman éponyme de Jack London, figure du roman d’aventures. Humphrey Van Weyden, critique littéraire et gentleman timoré, va vivre une expérience qui va le transformer à bord du Fantôme, navire de chasseurs de phoques dirigé d’une main de fer par Loup Larsen, que ses hommes n’hésitent pas à comparer au diable en personne.

Pour Riff Reb’s, un roman doit avoir en lui suffisamment de puissance graphique pour que son adaptation en bande-dessinée soit pertinente. C’est incontestablement le cas du Loup des mers, qui comprend son lot d’instants dramatiques, de tempêtes, de violence et réunit une belle armada de gueules cassées, sans parler d’un capitaine aussi terrible que charismatique, « la tête d’un roi babylonien sur un corps de titan ». Entre peur, dégoût et fascination, Van Weyden va découvrir un homme  effrayant et immoral à l’intelligence et à la culture inattendues. On se régale de l’écriture fluide et élégante de London et des superbes images de Riff Reb’s. De ses dessins en noir et blanc rappelant les gravures du XIXe siècle, il trace ici en couleurs la mer, le navire, les hommes avec virtuosité, exploitant toute les nuances et les contrastes possibles pour faire de certaines pages de véritables tableaux. Après avoir achevé la lecture de cet album dantesque, on a l’impression quasi-physique d’avoir soi-même vécu cette traversée aussi dramatique que fascinante.