Fred Bernard et Benjamin Flao nous proposent l’exploration d’un monde étrange au rythme d’une véritable enquête métaphysique et fantasmagorique dans Essence, chez Futuropolis.

Installés derrière le volant en compagnie d’Achille et de « Mademoiselle », parcourant un désert où il est aussi rare de croiser un quidam qu’un bidon de super, on est soi-même plus très sûr de ce que l’on voit. En plein délire, en pleine rêverie sûrement, en plein inconnu en tout cas : c’est ainsi que l’on débute Essence, dont la fantasmagorie va rapidement dévoiler sa véritable nature. On continuera ensuite à remonter le fil de la vie d’Achille, l’ex-pilote un peu paumé et amnésique, dont la jeune femme à ses côtés s’applique à réveiller la mémoire.

Dans les notes en fin d’album, le scénariste Fred Bernard remercie « Benjamin pour sa grande témérité. » Il faut dire que Benjamin Flao (auteur du superbe et touchant Kililana song) s’est vraiment fait plaisir au dessin. Disons-le carrément : il s’est même totalement lâché. Au sein du désert blanc d’Essence apparaissent des architectures improbables, tentaculaires : labyrinthes post-apocalyptiques, refuges de joyeux marginaux, bibliothèque surchargée de volumes… une exploration trop tentante pour Achille qui parfois s’écartera de la route, à ses risques et périls. Et le lecteur se félicite de sa curiosité : l’univers graphique adossé au captivant récit de Fred Bernard est foisonnant, inventif, superbe tant au niveau du trait que de la mise en couleurs.

L’absurde succède à l’angoisse, la drôlerie et la légèreté font place au drame tout au long de ces montagnes russes qui constituent le cheminement d’Essence, sorte de polar spirituel et métaphysique où les souvenirs constituent autant d’indices. En sachant que le monde incroyable dans lequel il prend place a aussi une autre fonction : s’interroger sur soi-même. Voici une belle surprise en ce début d’année où les publications intéressantes recommencent à fleurir.

Éditions Futuropolis