©DR

La ville de Sarrebruck est-elle la capitale européenne des amphétamines ? C’est ce que tend à révéler une étude récemment parue sur la consommation de différentes drogues.

C’est une triste première place que la ville de Sarrebruck décroche cette année. Selon une étude de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, Sarrebruck est la ville d’Europe où l’on retrouve le plus de traces d’amphétamines dans les eaux usées. Selon cette étude, la consommation de drogues à base d’amphétamines comme par exemple le speed y serait de 407 milligrammes par jour pour 1000 habitants. De ce fait, Sarrebruck prend la tête du classement, suivie par Reykjavik et Oslo. Certes la méthodologie de l’Observatoire est contestée puisque de nombreuses villes comme Hambourg ou Cologne qui comptent nettement plus d’habitants que la capitale sarroise n’ont pas fait l’objet de l’enquête. De plus, la ville de Sarrebruck attire l’attention sur le fait que les eaux usées traitées dans ses stations d’épuration viennent aussi pour presque un tiers d’autres communes voisines et même de la France toute proche. Malgré ces critiques, il n’empêche qu’une certaine tendance se confirme puisqu’en 2017, Sarrebruck arrivait à la troisième place du même classement. Les prélèvements effectués chaque jour pendant une semaine de mars 2018 dans les eaux usées de 70 villes européennes montrent que les Sarrebruckois ne se contentent pas des amphétamines mais consomment également pas mal d’ecstasy puisque Sarrebruck arrive à la 11ème place du classement concernant cette substance. Ces drogues sont très présentes dans le monde de la nuit, or la capitale sarroise compte un bon nombre de boîtes de nuit. Néanmoins, difficile de savoir s’il s’agit là de la seule explication pour cette première place puisque l’étude se contente de lister les concentrations retrouvées dans les eaux usées mais ne donne aucune indication sur les causes probables de ces résultats.