Pour Fergessen est venu le temps de L’Été, troisième album forcément lumineux et toujours aussi fougueux, qui amorce un virage vers l’électro-rock. David et Michaëla s’y épanouissent à merveille.

Après le fondateur Les Accords tacites en 2011 et le nerveux Far Est deux ans plus tard, nous suivons Fergessen au fil d’une carrière marquée par la détermination et l’indépendance. Leur dernier album L’Été est toujours autoproduit, toujours riche en sentiments puissants et marque aussi leur évolution « en tant qu’humains, artistes et même couple. » Car qui dit évolution dit changements : sous l’égide du producteur Antoine Essertier (Vianney, Daran, Boulevard des airs), L’Été se fait plus électro, plus percutant aussi. « Antoine nous a poussé à sortir de notre zone de confort, expliquent les vosgiens. On a toujours gardé le contrôle, mais on avait besoin de l’apport d’Antoine, un vrai producteur à l’anglo-saxonne, présent à tous les niveaux. »

Les parties de guitares et les voix, volontiers entremêlées sur les précédents albums, sont plus séparées sur L’Été, pour mieux se retrouver sur des chansons toujours empreintes de ferveur et d’émotions à fleur de peau. Les textes sont plus incisifs et se concentrent sur des mots martelés sur les refrains ; musicalement, les motifs se font récurrents. Associée à des boucles composées d’instrumentaux tous joués par le duo, augmentée par la batterie de Paul Gremillet et les claviers de Michaëla, la musique de Fergessen semble aussi se tailler pour la scène. « On a entièrement réappris à interpréter nos chansons pour le live, explique le duo. Il y avait un vrai équilibre à trouver avec l’électro, veiller à rendre les textes plus pêchus sans être simplistes… notre ambition : transmettre les choses plus intensément tout en préservant notre identité. » Au final, cet été musical en forme d’accomplissement réchauffe l’âme et le cœur. Mieux : il les embrase.

Le 2 février aux Trinitaires de Metz
Le 10 février à la Souris verte d’Épinal
Le 14 avril au Gueulard Plus de Nilvange
www.fergessen.fr