© Droits Réservés

Sur scène, c’est toujours la reine, près de quarante ans après avoir fondé les mythiques Rita Mitsouko avec Fred Chichin. Avec ce groupe, Catherine Ringer devient une véritable pasionaria d’un rock’n’roll à la fois glamour et déglingué, dont la voix résonne encore sur les ondes avec des tubes comme Andy ou C’est comme ça. Après la disparition de Fred Chichin en 2007, Catherine Ringer poursuit sa carrière sous son propre nom et sort deux ans plus tard l’album Ring’n’roll avec Marc Plati, le producteur de David Bowie. On y retrouve des collaborations inattendues comme l’accordéoniste japonais Coba ou le rappeur du Wu-tang clan RZA. Moins rugueux, son dernier opus Chroniques et fantaisies dévoile une Catherine Ringer plus apaisée, entre mélodies électro-pop et comptines, et bien sûr quelques éclats rock toujours fichés dans la chair de cette artiste singulière au sein de la scène rock française.

Le 27 avril à la Rockhal d’Esch-sur-Alzette