Lorsque l’on ouvre ce pavé bleu couleur des profondeurs, on découvre un petit personnage à la crinière noire luttant contre des vagues hautes comme des immeubles… on se dit qu’il faut du courage, du talent et de l’ingéniosité pour surmonter une telle catastrophe. C’est ce dont fait preuve la dessinatrice Coco, rescapée de l’attentat du 7 janvier 2015 contre la rédaction de Charlie Hebdo, en signant ce Dessiner encore. L’auteure y évoque cette journée fatidique « qui tourne en boucle dans ma tête » mais aussi l’avant et l’après : l’arrivée d’une jeune dessinatrice dans une rédaction chaleureuse bouillonnant d’idées, le travail de reconstruction quand l’impensable se produit, les réactions et la mobilisation au sein et autour de Charlie.

Bouleversant et maniant la dérision et l’humour vaille que vaille, Dessiner encore souhaite aussi remettre les pendules à l’heure en rappelant que Charlie moquait toutes les dérives politiques et religieuses. On suit Coco à travers le quotidien et l’histoire récente du journal mais aussi chez un thérapeute équipé d’une loupiote ou dans un défilé de soutien qu’elle traverse comme dans un rêve. Dessiner encore est bien plus que le récit d’un traumatisme personnel : c’est aussi un témoignage, l’histoire du dessin qui « fait barrage » face à l’intolérable et à l’intolérance, un livre sur la dérision et l’amitié ; et aussi un bel ouvrage de bande dessinée. Ses couleurs venant ponctuer les moments les plus intenses, ses aquarelles dans lesquelles on se noie, ses hachures et ses noirs terribles, ses trognes… Dessiner encore oppose le talent et l’émotion à la brutalité et à l’ignorance. B. Bottemer

Dessiner encore

de Coco, Éds Les Arènes BD

www.arenes.fr