Empire des chimères, d’Antoine Chainasaux éditions Gallimard, roman noir à l’intrigue diabolique, se joue des codes et plonge le lecteur dans un sombre labyrinthe. Savoureux, pour qui ne craint pas de jouer dans le noir.

En 1983, dans un petit village français, une fillette disparaît, alors qu’elle est en compagnie de deux de ses copines. Au même moment, une firme américaine planche sur l’implantation, dans ce coin de France un peu paumé, un parc à thèmes inspiré d’Empire des chimères, un jeu de rôle au succès mondial. Un bon business pour les hommes d’affaires et les élus locaux. Voilà pour le « pitch » de ce roman de 700 pages, un roman noir mais pas uniquement. L’auteur emprunte effectivement les codes du polar mais ne s’interdit rien, le roman noir se cogne volontiers au « conte de fée » un peu angoissant. On est dans le fric et la politique. Dans l’hyper local et l’international. Dans le réel et le fantastique. Entre hier et avant-hier. Et l’on est ainsi bringuebalé dans ces différents univers. On embarque pour des histoires qui ne mènent, parfois, nulle part. On y croise et recroise une dizaine de personnages, notamment des enfants qui se jouent de toutes ces frontières ainsi que d’improbables créatures. Empire des chimères est un livre labyrinthe, un ouvrage kaléïdoscope, un roman qui a le goût des lèvres froides de poupées russes inquiétantes. Mais tout cela est formidablement écrit et si le lecteur est parfois déséquilibré, déstabilisé, l’auteur tient son intrigue, policière et profondément sombre, et le récupère. Antoine Chainas, né en 1971, est un écrivain français de romans policiers. Il s’est imposé, à partir de 2007, comme l’un des auteurs phares de la collection « Série noire » dirigée par Aurélien Masson chez Gallimard. Il a notamment écrit Pur, roman récompensé par le Grand prix de littérature policière 2014.