Katarina Barley © DR

De son fief de Trèves en Rhénanie-Palatinat, les frontières vers le Luxembourg, la Belgique ou la France sont toutes proches. Les avantages d’une Europe sans frontière, Katarina Barley est donc bien placée pour en faire la promotion. Actuelle Ministre fédérale de la justice, cette ancienne juge va bientôt échanger Berlin pour Bruxelles. En effet, les socio-démocrates du SPD ont décidé de la nommer tête de liste pour les élections européennes. Issue d’une famille franco-britannique, Katarina Barley a étudié le droit dans différents pays européens et parle au moins quatre langues. A 49 ans, elle a déjà une grande expérience politique autant au sein de son parti le SPD en tant que secrétaire générale que sur le plan régional et national où elle a déjà occupé la fonction de Ministre de la Famille sous le précédent gouvernement Merkel avant de passer Garde des sceaux en avril dernier. Populaire chez les militants socio-démocrates, Barley reste, malgré son CV politique déjà bien rempli, une figure plutôt nouvelle pour les Allemands. Elle pourrait donc être synonyme d’une dynamique de renouvellement dont le parti a douloureusement besoin. Après avoir perdu énormément d’électeurs lors des derniers scrutins régionaux de septembre et d’octobre en Bavière et en Hesse, le SPD stagne en-dessous de la barre des 20 % dans les sondages et se voit parfois même rattrapé par les populistes de l’AfD. De plus, les élections européennes ne font pas partie des échéances pour lesquelles les Allemands se ruent aux urnes. C’est donc dans un contexte particulièrement difficile que Katarina Barley va essayer de redresser la barre pour son parti. Si elle arrive à réitérer le score de 28 % de 2013 voire à le dépasser, elle pourrait devenir une figure incontournable de son parti comme ça avait été le cas pour l’ancien président du parlement européen Martin Schulz.