© DR

Si elles ont dans un premier temps été plutôt bien acceptées par l’opinion allemande, les mesures d’hygiène et de distanciation sociale ne font plus l’unanimité.

Alors que l’Allemagne a entamé son déconfinement, le groupe des opposants aux mesures toujours en vigueur grandit de semaine en semaine. Certains citoyens refusent le port du masque obligatoire dans les magasins et les transports en commun, les autres manifestent contre les règles de distanciation sociale. Les manifestations contre les « mesures anti-Corona » ont lieu tous les samedi après-midi depuis quelques semaines dans la plupart des grandes villes allemandes. À Sarrebruck, ce sont environ 500 personnes qui se rassemblent dans ce cadre. Les participants ont des profils très divers qui varient aussi en fonction des régions. Si certains d’entre eux s’inquiètent par exemple de la mise en place prévue d’une application anti-covid qu’ils jugent liberticides, d’autres sont plutôt adeptes de la théorie du complot et vont même jusqu’à nier l’existence du virus. Ces manifestations sont également parfois infiltrées par l’extrême-droite qui y voit une tribune pour critiquer l’action du gouvernement et de la chancelière Merkel tandis que ses décisions font plutôt l’objet d’un consensus dans le reste de la classe politique. Selon un sondage récent, près d’un Allemand sur quatre dit comprendre les motivations des manifestants. Le phénomène pourrait donc prendre de l’ampleur et être récupéré politiquement comme ce fut le cas en 2015 avec la décision d’Angela Merkel d’accueillir un grand nombre de réfugiés. Le problème est pris très au sérieux par les autorités car ces rassemblements pourraient également relancer la circulation du coronavirus étant donné que certains participants refusent sciemment de respecter la distanciation sociale et le port du masque. Si dans certaines villes, des débordements ont déjà eu lieu, les manifestations en Sarre se sont pour l’instant toujours déroulées de manière pacifique.